"fighting cirrus" s’est exercé sur le gazon

Autres informations / 10.12.2011

"fighting cirrus" s’est exercé sur le gazon

Signe du

destin, Cirrus des Aigles (Even Top) est le premier Français à être entré sur

la piste de Sha Tin, vendredi matin. En sera-t-il de même dimanche, après le

passage du poteau dans le Hong Kong Cup (Gr1) ? Cela pourrait bien être le cas

si l'on se base sur la mine réjouie de tout son entourage. À commencer par

Frédéric Spanu, qui a fait le déplacement spécialement pour monter

"Fighting Cirrus" et effectuer les derniers réglages. C’est

d’ailleurs souvent lui qui procède aux dernières touches sur le champion de

Corine Barande-Barbe, avant les grandes échéances et ce, même à Chantilly.

C’est dans l’enceinte de Sha Tin que nous avons croisé Frédéric Spanu, qui nous

a dit : « Ce n’était pas un travail sérieux, mais je n’ai pas besoin d’aller

vite pour ressentir les choses. Je pense que cela devrait aller. » Quand nous

l'avons quitté, il nous a fait un signe, le pousse levé. Tous les feux sont

donc au vert. C’est d’ailleurs ce que nous a déclaré Corine Barande-Barbe : «

Il était très bien aujourd’hui, très gai. Le problème avec lui, c’est qu’il

aurait tendance à trop en faire et il faut donc le retenir un peu à

l’entraînement. Mais tout s’est bien déroulé. » Alors que "Cirrus" a

fini son canter et revient côté corde, d’autres chevaux vont passer à

l’extérieur de la piste. Corine Barande-Barbe prévient alors son premier

garçon, Jean-Jacques Poincelet, pour qu’il le reprenne en main. « C’est le

genre d’événements où il faut faire attention car il peut en profiter pour

virer son cavalier », nous avoue l’entraîneur cantilien. Et le travail de

Cirrus des Aigles dans tout cela ? Le champion est d’abord parti au petit galop

jusqu’en face. Il a fait environ mille six cents mètres à son rythme. Dans la

ligne droite, il s’est étendu plaisamment pour finir.

ZAZOU

AVEC OLIVIER PESLIER

Autre

participant au Hong Kong Cup, Zazou (Shamardal) a également travaillé sur le

gazon, avec son jockey dominical, Olivier Peslier, en selle. Parti lentement en

face, Zazou n’a fait "que la ligne droite". Il était visiblement en

très grande forme. Olivier Peslier nous a confié : « Je l’ai trouvé vraiment

très relax, en bonne condition. Il regardait partout autour de lui. C’était

juste une "ouverture" sur six cents mètres et il aurait pu aller plus

vite sans problème. »

LÉGER

TRAVAIL DU RESTE DE L’ÉQUIPE DE FRANCE

Les

autres Français candidats aux Internationaux de Hongkong ne sont pas allés sur

le gazon. Sarah Lynx (Montjeu) et Byword (Peintre Célèbre) ont juste joggé un

peu sur le "all-weather". Quant à Rajsaman (Linamix), Silver Pond

(Act One), Vadamar (Dalakhani), Dunaden (Nicobar) et Sahpresa (Sahm), ils sont

tous sortis pour faire d’abord un tour au petit galop puis un canter. Dunaden

et Sahpresa étaient justement très séduisants lors de cet exercice. En

particulier la jument de Teruya Yoshida, qui a fini son travail avec beaucoup

de gaz.

L’ENTRAÎNEMENT

SOUS TOUTES LES COUTURES

L’entraînement

à Hongkong est réglé comme du papier à musique. Encore plus lorsque arrive la

"semaine internationale". Les "locaux" sont priés de libérer

les pistes à 8 h 30 et donc de commencer le travail plus tôt qu’à l’accoutumée.

Et chaque galop des "étrangers" est prévu à heure fixe, comme le

décollage des avions à l’aéroport. Ils sont d’ailleurs répertoriés sur une

feuille pour que chacun puisse bien suivre les chevaux qui l’intéressent.

Mieux, les galops sont filmés et diffusés sur l’écran géant de l’hippodrome,

pour ne rien rater de l’événement. Une fois le travail terminé, les chevaux

étrangers reprennent la piste en gazon en sens inverse pour retourner aux

écuries qui ne sont pas au même endroit que les barns réservés aux entraîneurs

hongkongais. Chaque jour, c’est le même "ballet" qui recommence, à la

même heure.