Au coeur d’un triangle d’or de l’elevage aqps

Autres informations / 24.01.2012

Au coeur d’un triangle d’or de l’elevage aqps

Séparé

de l’Allier par la Loire et jouxtant la Nièvre, la Saône-et-Loire est placée

dans un "triangle d’or" avec plusieurs élevages, hippodromes et haras

dans un périmètre relativement restreint. 

Qui ne connaît pas Cercy-la-Tour, Saint-Voir, les Cyprès, les

d’Armaillé, La Clayette, Cluny… ? Les hippodromes de Moulins, de Vichy… ? Ces

stations d’étalons, ces élevages (surtout d’AQPS) et ces champs de course font

de la région Centre-Est un grand pays de courses et d’élevage.

L’EXPERIENCE

POSITIVE DE LA CLAYETTE

Alors

que la station des Haras nationaux de La Clayette menaçait de tomber dans

l’oubli, un jeune professionnel a pris la relève pour permettre de pérenniser l’exploitation

sur le site. Il s’agit de Sébastien Mourier, venu par le monde des sports

équestres à celui des courses, étant notamment champion de France d’attelage.

Ce dernier nous a expliqué : « C’est la dynamique locale créée par des

éleveurs, qui se sont mobilisés pour La Clayette, qui a fait que j’ai repris

l’exploitation. J’ai été soutenu par les éleveurs et nous avons également pu

créer un partenariat génétique avec Pascal Noue et la Hêtraie. Les premières

années n’ont pas été trop mal et l’on a pu pérenniser la station. » Après Great

Pretender et Malinas, ce sont Kap

Rock, le

demi-frère de Kapgarde, par Video Rock et Apsis, qui ont fait le voyage à La

Clayette. Responsable du haras de la Hêtraie, Pascal Noue nous a précisé : «

C’est vrai que la dynamique du département a été importante. Rapidement, des

gens sérieux, notamment Sébastien Mourier, sont venus me voir en me présentant

un projet qui tenait la route. De mon côté, déplacer des étalons à La Clayette

me permettait de toucher une autre clientèle, avec des chevaux attractifs pour

la région. C'est-à-dire des étalons pour des juments à vocation obstacle. Pour

moi, c’est intéressant de fonctionner de cette façon, comme une franchise. » Là

encore, les pouvoirs publics, et notamment le préfet Lalande, aujourd’hui en

poste à La Réunion, ont joué un rôle positif dans le dossier.

 

«

SAONE-ET-LOIRE GALOP » : AU SERVICE DES ELEVEURS LOCAUX

Georges

Richardot a succédé à Daniel Beaudot, éleveur du champion Lycaon de vauzelle, à

la tête de l’association Saône-et-Loire Galop, laquelle gère les intérêts des

éleveurs locaux. Il nous a précisé : « Notre association telle qu’elle est

actuellement existe depuis environ cinq ans. Elle compte cinquante deux

adhérents. »