Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Matin chagrin…

Autres informations / 22.01.2012

Matin chagrin…

Le

mélange des genres fait partie du charme du meeting de Cagnes. Les professionnels,

venus de tous les horizons, et des deux disciplines que sont le trot et le

galop, se retrouvent pour six semaines de cohabitation. Mais ce charme peut

tourner au cauchemar quand arrive le matin. En effet, pour rejoindre la piste

de trotting où ils commencent leur échauffement, les pur-sang et leurs

cavaliers doivent traverser les différentes pistes du champ de courses. D’abord

la PSF, où il faut éviter les galops et les trotteurs qui "joggent".

Rien de bien compliqué. Puis, c’est au tour des deux pistes en herbe. Encore

une partie de plaisir. Le ciel s’assombrit nettement quand arrive la piste de

trot. Les trotteurs y travaillent aux deux mains, et lorsqu’ils sont lancés

corde à droite, les cavaliers ne les voient qu’au dernier moment. La situation

peut devenir critique quand les galopeurs (surtout quand le lot est un peu

fourni…) sont contraints d’avancer un peu pour éviter les trotteurs et arrivent

"lancés" sur la piste de canter. La petite montée qui amène à cette

piste, ainsi que les haies et les panneaux qui la bordent, empêchent là aussi

une visibilité suffisante. Il faut ouvrir ses oreilles… ou avoir un piéton pour

faire la circulation. C’est amusant à raconter ainsi, mais c’est nettement

moins drôle quand on pense aux risques encourus. Quelles solutions apporter

pour que cette traversée puisse s’effectuer dans des conditions optimales de

sécurité ? La plus simple à appliquer serait sans doute que les trotteurs

travaillent tous à la même main. L’idéal serait de créer un tunnel pour éviter

de traverser toutes ces pistes. Le juste milieu doit pouvoir se trouver…