La météo gâche la fête de l’obstacle palois

Autres informations / 06.02.2012

La météo gâche la fête de l’obstacle palois

La

nouvelle est tombée dimanche, en début d’après-midi, juste avant le départ de

la troisième épreuve plate de la réunion paloise : les courses d’obstacle sont

annulées. Les conditions météorologiques n’ont pas permis, en effet, de courir

le Prix Gaston de Bataille, première étape du Crystal Cup, ainsi que la 125e

Grande Course de Haies de Pau et le Prix Camille Duboscq, soit trois Listeds de

très haut niveau. Les pistes n’ont pas dégelé à temps, comme l’a expliqué

François Galibert, Directeur de l’hippodrome : « C’est dommage car avec une

heure de pluie supplémentaire, les pistes auraient pu dégeler. Voulant éviter

de prendre des risques pour les chevaux et les jockeys, nous avons donc pris la

difficile décision d’annuler les épreuves d’obstacle, en concertation et en

accord avec les professionnels. Nous avons pris nos responsabilités en

maintenant la réunion ce samedi et on ne regrette aucunement ce choix car nous

l’avons pris en fonction des prévisions météorologiques. C’est la deuxième fois

que l’on annule les courses d’obstacle et la météo n’est pas favorable pour

courir mardi et vendredi. De plus, le calendrier Premium est chargé donc on ne

sait pas quand les courses annulées pourront avoir lieu. » Président de la

Société des courses paloises, Jean-Louis Foursans Bourdette a abondé dans le

sens de François Galibert : « La sécurité a primé. Beaucoup de chevaux de

grande qualité, avec un avenir à Auteuil et au-delà, étaient engagés durant la

réunion, il ne fallait donc pas prendre de risques. En plat, nous pouvons

courir car la P.S.F. résiste bien. Nous ne savons pas cependant quand nous

allons pouvoir recourir car lorsqu’il y a cinq jours de gel, il faut cinq jours

de dégel ensuite pour que les pistes soient praticables. »

 

LES

REACTIONS SUITE A L’ANNULATION DES COURSES D’OBSTACLE

JEAN

D’INDY, VICE-PRESIDENT, PRESIDENT DU CONSEIL DE L'OBSTACLE « LE PARI VALAIT LE

COUP D’ETRE TENTE »

La

société des courses a tout fait pour sauver la réunion. Sincèrement, je pense

que ce pari valait le coup d’être tenté. Il a simplement manqué une heure de

pluie, événement qui a été envisagé par la station météo de l’aéroport, pour

courir. Comme la plupart des chevaux qui devaient courir étaient déjà sur

place, à Pau, cela valait le coup d’attendre le dernier moment pour savoir si

on allait courir ou non. Finalement, la décision de ne pas courir a été facile

à prendre. En effectuant le tour à pied de la piste, on s’apercevait qu’elle

était litigieuse, de plus, beaucoup de professionnels ne souhaitaient pas

courir. Aujourd’hui, la météo est très pessimiste pour les jours à venir. Il

est donc difficile d’établir un pronostic pour les dates de report de ces

courses. On fera tout pour que les allocations soit distribuées. Mais, sans

mauvais jeu de mot, actuellement, nous sommes dans le brouillard.

 

ALAIN

LANDART, RESPONSABLE DES PISTES A PAU « UNE SAGE DECISION »

La piste

était presque praticable, mais, à certains endroits, c’était vraiment très

juste. La décision de ne pas courir est sage. Il y a eu un accident très

malheureux avec Berryville dans le Grand Prix. La piste n’y était pas en cause,

certes, mais si, aujourd’hui, un cheval s’accidentait, la piste et donc les

responsables de la société des courses seraient mis en cause. À l’heure

actuelle, il est difficile de savoir quand on pourra recourir à Pau en

obstacle. Tout dépend de la météo des prochains jours.

 

JEROME

ZULIANI, JOCKEY « C’EST DOMMAGE ! »

Les

tournants n’étaient pas praticables car les pistes n’ont pas dégelé. Quant au

parcours de cross, il était impraticable également. C’est dommage!

 

MATHIEU

DELAGE, JOCKEY « UNE DECISION LOGIQUE »

C’est

une décision logique. Les dirigeants ont bien fait car ce matin à 10 h, les

pistes étaient blanches…

 

MARC

LAMAZOU-LARESSE, JOCKEY « IMPOSSIBLE DE COURIR »

Ils ont

pris la bonne décision, très sage, car c’était impossible de courir. C’est

dommage car j’avais trois bonnes chances…

 

QUELQUES

ENTRAINEURS RENCONTRES A PAU

«

N’INCRIMINER PERSONNE »

Les

dirigeants palois ont pris une difficile et sage décision. Et ne doit

incriminer personne car dans ce métier, il faut se fier à la nature et là, les

prévisions météorologiques n’ont pas été parfaites. Nombre d’entraîneurs

étaient d’accord avec cette décision. Ce devait être une grande fête de

l’obstacle et il ne fallait pas prendre de risques inconsidérés.