Le haras du pin est-il à vendre ?

Autres informations / 11.02.2012

Le haras du pin est-il à vendre ?

AU CŒUR DE L’ACTU                 

Depuis l’annonce de la fin des Haras Nationaux, une rumeur

devient de plus en plus persistante, celle de la vente du Haras du Pin, la plus

somptueuse vitrine de l’élevage français. Ce vendredi s’est tenue une réunion

de crise entre les éleveurs et les élus locaux, qui tentent de récupérer les

structures pour poursuivre la mission principale du Haras du Pin, l’étalonnage,

en créant une coopérative d’élevage. Mais l’IFCE (Institut Français du Cheval

et de l’Équitation) espère bien garder la main sur le haras, ce qui provoque

inéluctablement les discussions sur une potentielle vente de celui-ci.

 

L’exemple de Cercy-la-Tour

Dans la Nièvre, la station de Cercy-la-Tour est sur le point

d’être reprise par une coopérative d’éleveurs, ce qui devrait être le cas à la

fin du mois. C’est Jacques Cyprès qui a lancé l’idée et une soixantaine

d’éleveurs locaux l’ont suivi dans sa démarche et ont mis la main à la poche

pour sauvegarder la station d’étalons.

 

Une rumeur qui avait déjà fait date chez JDG

Le 1er avril 2008, nous avions déjà évoqué la vente du Haras

du Pin, sur le ton de l’humour. Voici le texte que nous avions publié il y a

maintenant quatre ans : « Le Haras du Pin, créé en 1665 à l’initiative de

Colbert et approuvé par Louis XIV, comme les autres haras royaux, avait pour

vocation d’améliorer les races et de répondre à la demande par l’élevage. Comme

beaucoup d’autres en Normandie, l’endroit, à proximité d’Argentan, fut choisi

pour la qualité de l’herbage et la facilité à avoir de l’eau ; il fut le

premier lieu à être totalement consacré au cheval et à tout ce qui s’y

rapporte. Les bâtiments, mis en service dès 1730, ont été construits selon les

plans de Pierre Le Mousseux et les parcs ont été inspirés par Le Nôtre. Haras royal

devenu national, le Haras du Pin est l’un des plus renommés pour l’élevage en

France. Surnommé le « Versailles du cheval », il va devenir dorénavant le lieu

privilégié d'un industriel d’une vieille dynastie iranienne, qui a décidé de se

lancer dans l’élevage de pur-sang. D'énormes travaux sont prévus pour redonner

à cet espace unique en France lustres et fastes comme au temps du grand Roi

Louis. Nous vous donnerons de plus amples informations dans nos prochaines

éditions sur ce scoop qui va révolutionner l’élevage en Basse Normandie. »