Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les italiens investissent cagnes-sur-mer

Autres informations / 05.02.2012

Les italiens investissent cagnes-sur-mer

Samedi,

la première course de la réunion cagnoise, un réclamer, a été remportée par un

cheval entraîné en Italie. Cette année, en raison de la grève qui paralyse les

courses de l’autre côté des Alpes, les entraîneurs italiens sont venus plus

nombreux que les autres années sur la Côte d’Azur. L’hippodrome de Cagnes est

en effet situé à moins de cinq heures des principaux centres d’entraînement

transalpins. Giorgio Barsotti, correspondant italien du TDN, nous a permis de

faire le CV des différents professionnels qui sont venus courir depuis le début

du meeting. Pour lui, il est même étonnant que les Italiens ne soient pas plus

nombreux à venir à Cagnes. « Ils ont peur du niveau des courses françaises,

mais pourtant, leurs chevaux peuvent rivaliser avec les vôtres. Pour gagner de

gros handicaps en Italie, il faut un cheval qui avance… Ce n’est même pas une

question d’éloignement, car ils préfèrent, pour un déplacement d’une longueur

similaire, rester en Italie… »

 

SCUDERIA

MARWINS SRL

« La

Scuderia Marwins est le nom de la société d’entraînement de la famille

Marcialis. Antonio, l’un des deux frères, était le jockey d’entraînement de

Sirlad, le meilleur cheval italien à la fin des années 70, qui a gagné

plusieurs Groupes 1 et a même disputé le Japan Cup. Il a également été seconde

monte pour Mario Benetti, l’un des top entraîneurs italiens. Antonio et son

frère Mario ont monté une écurie à Milan, et le fils d’Antonio s’occupe d’une

écurie satellite à Pise. Ils sont spécialisés dans les 2ans. »

 

MARCO

GASPARINI

« Il est

installé à Pise, où il veille sur une écurie très importante, d’une centaine de

chevaux. Il est associé avec Francesca Turri. C’est un spécialiste des

handicaps, et quand vous voyez l’un de ses chevaux dans ce genre de courses, il

faut s’en méfier. »

 

PAOLO

CARAVATI

« Il a

une écurie privée, près de Varese. Il n’a pas énormément de chevaux, et c’est

quelqu’un de très calme, très relax… »

 

DEVIS GRILLI

« Il est

installé à Pise depuis cinq ou six ans. Il connaît pas mal de succès avec des

chevaux achetés en Grande-Bretagne. Il a remporté son premier Groupe l’an

dernier avec Spirit Quartz (Invincible Spirit). Il est très ambitieux et

n’hésite pas à courir les bonnes courses. »

 

ROSARIO

PECORARO

« C’est

une légende des courses en Toscane, et il a gagné cinq fois le Palio de Sienne

en tant que jockey. Il a maintenant plus de soixante-dix ans, et n’a plus

beaucoup de chevaux, entre dix et quinze, dans son centre de Livourne. Ses

chevaux sont toujours très bien présentés, et très durs à la lutte. On le

surnomme "Tristezza", car il a toujours un visage très triste… »

 

GIANLUCA

VERICELLI

« Il est

installé à Pise, et son père, Gianfranco, était déjà entraîneur à Milan et a eu

de très bons chevaux dans les années 90. Il n’a pas une grosse écurie, mais

fait du très bon travail avec des chevaux de valeur relativement modeste. »

 

LAURA

GRIZETTI

« C’est

la soeur de Bruno Grizetti, l’un des meilleurs entraîneurs du pays. Elle est

installée à Milan et doit avoir une vingtaine de pensionnaires. Elle aussi

connaît un bon pourcentage de réussite. »

 

CRISTINA

SIGNORELLI

« Une

autre femme entraîneur, installée à Pise. Elle a débuté dans le concours

hippique. Elle doit avoir une vingtaine de pensionnaires. »

 

LA GRÈVE

CONTINUE EN ITALIE

Vendredi,

le ministre, Mario Catania, a rencontré les grévistes et il a donné des

garanties concernant les réformes. Mais, en début de semaine, il a été

découvert que son prédécesseur, Francesco Saverio Romano, avait détourné plus

de 100 millions d’euros dédiés au financement des courses pour le donner à

d’autres secteurs de l'Agriculture (le ministère du Budget avait destiné 597

millions d’euros, dont 157 pour les courses, avant de demander de ramener ce

budget à 130 millions d’euros). Nous aurons l’occasion, dans une prochaine

édition, de revenir sur la situation des courses en Italie.