Cheltenham (gb), world hurdle (gr1) : big buck’s the fourth

Autres informations / 16.03.2012

Cheltenham (gb), world hurdle (gr1) : big buck’s the fourth

Pour la

quatrième fois consécutive, le crack Big Buck’s (Cadoudal) a remporté le World

Hurdle (Gr1), sous les vivats d’un public tout acquis à sa cause. Une

performance historique qui le fait définitivement entrer dans la légende de

l’obstacle mondial. Plus froid dans le parcours par rapport aux années

précédentes, l’élève d’Henri Poulat a pu inquiéter certains observateurs. À

l’entrée de la longue et sélective ligne droite de Cheltenham, il était

cravaché, à l’inverse de ses deux plus proches poursuivants, Thousand Stars

(Grey Risk) et Oscar Whisky (Oscar). Mais Big Buck’s a changé. Peut-être a-t-il

pris conscience de sa force et de son talent cet hiver ? Lors de ses

apparitions cette saison, il a toujours paru très froid dans le parcours,

semblant en difficulté. C’est encore ce qui s’est passé jeudi. Mais comme les

cracks savent le faire, Big Buck’s a répondu présent lorsqu’il a été attaqué

vivement par l’irlandaise Voler la Vedette (King’s Theatre), laquelle a fait

une fin de course "de folie". Il a ainsi aligné une seizième victoire

consécutive et enlevé un neuvième Gr1. Depuis le 1er janvier 2009, il n’a plus

connu la défaite…« Big Buck’s nous a sauvés aujourd’hui car nous avions besoin

de cela, a avoué son mentor, Paul Nicholls, dont les chevaux ne font pas leur

valeur durant ce festival. J’étais déçu ces derniers jours car mes

pensionnaires couraient mal, hormis dans le Champion Hurdle. C’est un peu un

désastre si l’on excepte Rock on Ruby. Gagner était primordial pour nous

aujourd’hui. C’était notre principal objectif car Big Buck’s est si spécial.

C’est un conte de fées d'être ici et de l’emporter pour la quatrième fois. Il

aura droit à une réception du tonnerre demain à l’écurie. Remporter quatre

World Hurdles et aligner seize victoires consécutives, c’est quelque chose

d’extraordinaire. Lauréat à Aintree lors des quatre dernières années, il y

retournera de nouveau cette année. »

RIEN A

VOIR AVEC BLACK CAVIAR

Fidèle

jockey de Big Buck’s, Ruby Walsh a tenu à remettre les choses à leur place

après que plusieurs journalistes lui ont demandé si l’on pouvait comparer les

exploits de son partenaire à ceux de Black Caviar (Bel Esprit) : « Je ne

souhaite pas le comparer à Black Caviar car courir 1.000m ou 1.200m sur le

plat, c’est très différent des courses d’obstacle sur 4.800m. De plus, en

obstacle, les chevaux peuvent avoir des blessures et être sur la touche tout en

revenant au combat. C’est pour cela que la performance de Big Buck’s est

magnifique. »

LE

DEROULEMENT DE LA COURSE

Contrairement

à ses habitudes, Big Buck’s a été contraint de prendre les devants. Rapidement,

deux des chevaux en vue de la course, Oscar Whisky et Thousand Stars, se sont

placés dans son sillage. Dans la dernière courbe, ils allaient même plus

facilement que Big Buck’s. Pourtant, ils n’ont pas bien négocié la montée

finale, terminant respectivement cinquième et quatrième. Voler la Vedette a,

elle, dormi en dernière position. Ce n’est que dans le dernier kilomètre

qu’elle a passé quelques adversaires. Entre les deux dernières claies, elle est

arrivée avec beaucoup de "gaz", comme pour dévorer Big Buck’s. Son

pilote, Andrew Lynch, a bien essayé de venir en dehors puis à la corde, mais

rien ne pouvait inquiéter Big Buck’s. Mentor de Voler la Vedette, Colm Murphy a

déclaré : « Elle a fait une performance exceptionnelle. Nous sommes vraiment

fiers d’elle. Elle a simplement eu la malchance de courir contre une légende. »

ANDY

STEWART :  « BIG BUCK’S FAIT PARTIE DE LA

FAMILLE »

Propriétaire

du crack, la famille Stewart se déplace toujours au grand complet pour assister

aux sorties de Big Buck’s. Ils en ont eu pour leur argent, jeudi, comme le dit

l’expression, puisque Big Buck’s a égalé le record détenu par Sir Ken, de seize

succès consécutifs en obstacle. Un record qui datait des années 50. Andy

Stewart a déclaré : « C’est superbe de voir autant de gens le soutenir et c’est

grand d’en être le propriétaire. Ce cheval a véritablement changé nos vies. Je

dirais même qu’il fait partie de la famille. Nous allons maintenant essayer de

faire tomber le record de Sir Ken à Aintree. »

L’ELEVAGE

FRANÇAIS AU TOP

L’élevage

tricolore a réussi une belle performance dans ce World Hurdle : Big Buck’s a

gagné et Smad Place (Smadoun) s’est classé troisième devant Thousand Stars.

Enfin, rappelons que Big Buck’s est né et a grandi au haras de Gouffern et de

Rabodanges (Jean-Pierre de Gasté).