Jean-pierre gauvin : « en principe, saonois prendra le depart du "greffulhe" »

Autres informations / 26.04.2012

Jean-pierre gauvin : « en principe, saonois prendra le depart du "greffulhe" »

Le

pensionnaire de Jean-Pierre Gauvin, Saônois (Chichicastenango), vainqueur du

Prix La Force (Gr3), le 4 avril dernier, peaufine sa forme en vue du

"Derby" français. L’entraîneur de la Loire, qui entraîne à

Saint-Cyr-les-Vignes, sur la piste privée du regretté propriétaire Jacques

Bedel, nous a livré des indications sur la suite de son programme. « Saônois va

très bien depuis la "Force". Il a repris progressivement le travail

et maintenant la question est de savoir si nous allons directement sur le

"Jockey Club". Aujourd’hui, nous pensons le courir dans le Prix

Greffulhe (Gr2 - 5 mai) à Saint-Cloud, au risque de manquer d’un peu de

fraîcheur à Chantilly. Mais ceci n’est pas du tout un choix arrêté, nous

prendrons la décision en fin de semaine avec son propriétaire. » Ce choix de

courir ou pas avant le grand objectif, va avoir une incidence sur sa

préparation, comme nous l’a expliqué Jean-Pierre Gauvin. « Dans le cas où nous

courrions le "Greffulhe", Saônois va devoir effectuer un travail

assez conséquent samedi. Nous travaillons sur 1.400m ou 1.800m, ce qui lui

ferait un boulot sur la distance. Avant le Prix La Force, nous étions allés sur

l’hippodrome de Lyon-Parilly parce qu’il avait repris beaucoup de fraîcheur.

C’est ce que nous referons probablement si nous faisons l’impasse sur

Saint-Cloud. » Jean-Pierre Gauvin est à la tête d’une écurie d’une cinquantaine

de chevaux, dont Saônois est le meilleur élément. Lorsqu’il doit appuyer ses

travaux, son entraîneur lui met toujours le même leader. « C’est Louvigny qui

l’emmène le matin. Il s’agit d’un cheval qui appartient au même propriétaire.

Il n’est pas du tout du même niveau, mais c’est un cheval qui va mieux le matin

que l’après-midi, au contraire de Saônois. »