Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le vase d’argent – troisieme etape du defi du galop (l) : aizavoski est bien le patron

Autres informations / 27.04.2012

Le vase d’argent – troisieme etape du defi du galop (l) : aizavoski est bien le patron

Bien

qu’effectuant cette année sa rentrée dans le Vase d’Argent (L), une course

qu’il avait déjà enlevée l’an dernier, Aizavoski (Monsun) a conservé son titre,

s’imposant comme le cheval de classe qu’il est. Après avoir galopé non loin de

l’animateur, War is War (Galileo), Aizavoski est passé à l’attaque au début de

la ligne droite et a tout de suite fait preuve de supériorité, bien qu’Agent

Secret (Pyrus) ait bien fini, venant toiser Divine Music (Gold Away) dans les

derniers mètres. Siyouma (Medicean) s’est bien comportée, se montrant un peu

brillante et étant contrainte de galoper en épaisseur. Aizavoski a déjà

remporté le Défi du Galop l’an dernier, prenant la succession de Young Tiger

(Tiger Hill). Il se montre parfaitement digne de son prestigieux aîné, et

pourrait lui aussi gagner une deuxième fois ce challenge. Élie Lellouche, son

entraîneur, nous a confié : « Je suis ravi, le cheval a fait une "super

rentrée", d'autant plus que la plupart de ses adversaires avaient déjà une

course dans les jambes. Nous n'avons pas encore prévu de programme. Pour

remporter le Défi du Galop, il faut emmagasiner le maximum de points, mais

aussi gagner après le 1er septembre, donc voir à long terme. C'est une

compétition sur une année pleine, alors nous allons prendre notre temps. Le

cheval est parfait pour ce challenge, il va aussi bien de 1.900m à 3.000m, il

est aussi très maniable. Il peut donc aller sur tous les parcours. »

AGENT

SECRET POURRAIT COURIR AU MAROC

François

Rohaut n’était pas déçu par la deuxième place d’Agent Secret, expliquant au

micro d’Equidia : « Aizavoski est au-dessus de la mêlée. Pour espérer gagner le

Défi du Galop, il faut éviter de courir contre lui ! Agent Secret se comporte

très bien. Il n’est pas certain qu’il dispute la prochaine étape, à Bordeaux,

car son propriétaire a envie d’aller courir avec lui la course internationale

organisée au Maroc, le 2 juin. »

LA

GRANDE FAMILLE "A" DES "BLEUS"

Aizavoski

est issu de l’une des meilleures souches Wildenstein, celle d’Almyre (Wild

Risk). La famille a brillé début avril, à Longchamp, par le biais d'Andromeda

Galaxy (Peintre Célèbre), impressionnante lauréate du Prix de Chaillot. La

pouliche n’est autre que la soeur d’Aizavoski. Altamira (Peintre Célèbre), le

premier produit d’Arlésienne (Alzao), avait également montré de la qualité en

course, prenant la deuxième place du Prix de Boulogne (L) sur 2.000m. Le fait

de gloire d’Arlésienne a été une troisième place dans le Prix de Flore (Gr3).

Quant à la quatrième mère d’Aizavoski, Almyre, elle a réellement

"tracé" au haras en donnant Art Bleu (Legend of France), Ashmore

(Luthier), gagnant du Prix de Chaudenay (Gr2), Acoma (Rheffic) et enfin

Albertine (Irish River), la deuxième mère d’Arlésienne. Albertine a produit le

champion Arcangues (Sagace), lauréat du Prix d’Ispahan mais aussi du Breeder’s

Cup Classic (Grs1), ainsi qu’Agathe (Manila), gagnante du Prix de Psyché (Gr3),

et Alamo Bay (Nureyev).