Prix grandak : nouveau carton de saint des saints

Autres informations / 07.04.2012

Prix grandak : nouveau carton de saint des saints

L’étalon

du Haras d’Etreham, Saint des Saints, est la sensation de ce début de saison.

Après les victoires de Saint Palois dans les Prix Duc d’Anjou et Fleuret

(Grs3), et les jumelés à Enghien de Santa Flora et Mandina, il a de nouveau

signé un doublé, puisque deux de ses fils, engagés dans le Prix Grandak, ont

pris les deux premières places. Storm of Saintly a devancé le prometteur Saint

Rémi, alors qu’un autre de ses produits, Saint de Garde, s’est classé

quatrième, juste derrière Far West (Poliglote), un élément bien né que l’on

devrait revoir à bon niveau. Grâce à Storm of Saintly, Jeannot Andt a remporté

sa première course à Paris en tant que propriétaire-éleveur. Il nous a raconté

après l’épreuve : « J’ai débuté dans les courses et l’élevage, il y a cinq ou

six ans. J’avais alors acheté un cheval à M. Corbière, mais il est

malheureusement mort au champ d’honneur en tombant à Strasbourg. M. Corbière

m’avait alors dit : "Si tu repasses en Normandie, j’ai deux poulinières à

vendre". Au final, j’ai acheté ces deux poulinières, dont la mère de Storm

of Saintly, The Storm. J’ai choisi Saint des Saints comme étalon parce que le

croisement Saint des Saints sur une fille de Garde Royale marche bien. Je suis

éleveur sans sol et j’élève au Haras de Nonant Le Pin. D’ailleurs, on se

rendait au haras pour voir les poulinières et Auteuil est sur la route. De

fait, on pouvait aussi débuter chez nous, à Strasbourg. On a bien fait d’aller

sur Auteuil… » Attentiste, Storm of Saintly a été obligé de changer de ligne

entre les deux dernières haies. Mais une fois bien équilibré, il a terminé vite

pour dicter sa loi à Saint Rémi, la note de la course. Magnifique au rond de

présentation, il a été plus que convaincant dans le parcours, finissant très

vite. C’est incontestablement une future JDG Jumping Star en puissance. Son

pilote, David Cottin, nous en a dit : « Jacques Ortet le tient en haute estime.

Il ne débute pas pour rien à Paris. Je l’avais sauté cet hiver à Pau et je

l’avais beaucoup aimé. C’est Saint Palois en plus précoce, un tout bon cheval.

» Il ne fait aucun doute que ces poulains vont rapidement se montrer supérieurs

à ceux qui ont débuté plus tôt, dans le Prix Rush.