Prix jean stern (gr2) : saint palois, le coeur et le talent

Autres informations / 29.04.2012

Prix jean stern (gr2) : saint palois, le coeur et le talent

Saint

Palois (Saint des Saints) est bien le champion en herbe annoncé. Mais, pour

rester invaincu en steeple, à l’occasion du Prix Jean Stern (Gr2), le

représentant de la famille Papot a dû se sortir les tripes. Sur un terrain

particulièrement pénible et exigeant, surtout pour de jeunes chevaux, la lutte

s’est engagée après le saut de la dernière haie entre Saint Palois, De Vous à

Moi (Sinndar) et Zianabaa (Anabaa Blue). Dès le franchissement de cette

dernière difficulté, Zianabaa a eu tendance à s’appuyer contre De Vous à Moi,

qui venait à sa gauche, et bien que Kévin Guignon ait changé son bâton de main,

le pensionnaire de Guy Cherel a tenté de venir entre les deux “Papot”, où il

n’avait pas suffisamment de place. Son jockey n’a donc pas pu le monter

jusqu’au bout, et c’est la note de l’épreuve.

UNE

BELLE COURSE D’EQUIPE

Saint

Palois, lui, a été servi par le train sélectif imprimé par son compagnon de

couleurs, alors que, la dernière fois, il avait subi une course sans rythme.

Xavier Papot déclarait après la course : « Il a sorti son coeur pour aller

chercher la victoire. Philippe Peltier a joué le jeu car on voulait du rythme

pour Saint Palois. Il n’a pas gagné très facilement,  mais il est toujours là. Je n’étais pas

forcément très confiant car il y avait l’interrogation du terrain, je craignais

Ma Filleule. Après la victoire de Usual Suspects, c’est une journée de rêve

pour nous. » Philippe Peltier, l’entraîneur de De Vous à Moi, qui réalise une

performance de choix après avoir déçu dans le Prix Fleuret (Gr3), expliquait :

« Il est froid comme le marbre, et le terrain lourd l’a servi. Il n’a qu’un

train et pas d’accélération, mais va tout le temps. La dernière fois, je lui

avais mis des oeillères, mais cela n’avait pas fonctionné, il était dans son

monde ! » Zianabaa a créé la surprise en se classant troisième, tout près des

deux premiers, et aurait même pu s’imposer. Guy Cherel a confié : « C'est un

cheval qui s'est endurci dans les handicaps sur les haies. Le rythme du steeple

lui convient mieux que celui des haies. C'est dommage car s'il était venu côté

corde, il aurait pu se montrer plus menaçant. »

UN

DESCENDANT DE LA BATE

Né d’une

modeste, mais dure, jument de plat, Toutevoie (Sillery), Saint Palois est déjà

le meilleur produit de sa fratrie. Il est le sixième des huit produits de cette

matrone qui avait donné auparavant trois gagnants, Valdanour (Valanour), qui a

fait sa fortune dans de petits "réclamer" de province, Légende du Luy

(Bonnet Rouge), qui a été la première à franchir des obstacles, et Magic Danse

(Majorien), qui a encore gagné à Pau cet hiver. Mais si l’on remonte un peu

dans son pedigree, on trouve le nom, à la troisième génération, de La Bate

(Frontin). Celle-ci a produit beaucoup de bons sauteurs, dont Hubersent

(Lightning), Hardelot (Gairloch), La Bucaille (Labus), qui a donné Clety

(Sillery), très bon stayer, notamment troisième du Prix Royal-Oak (Gr1), ainsi

que L’Authie (Linamix), troisième du Prix Renaud du Vivier (Gr1).