Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

A la rencontre de frederic daguzan-garros : une nouvelle tete chez les preparateurs de 2ans montes

Autres informations / 03.05.2012

A la rencontre de frederic daguzan-garros : une nouvelle tete chez les preparateurs de 2ans montes

Frédéric

Daguzan-Garros présentera le 12 mai ses premiers 2ans lors du breeze-up Arqana,

sous le nom de l’Écurie F.D.G. L’occasion d’aller à la rencontre de ce jeune

professionnel, installé récemment dans l’Eure et spécialisé dans la préparation

des poulains aux ventes de 2ans montés.

JDG. –

QUEL A ETE VOTRE PARCOURS AVANT VOTRE INSTALLATION ?

Frédéric

Daguzan-Garros. – J’ai été baigné dans le monde des courses dès mon plus jeune

âge, car mon père est Mathieu Daguzan-Garros, du haras des Granges. Après mes

études, je suis parti à l’étranger pour découvrir d’autres façons de

travailler. J’ai passé deux ans en Irlande, à Ballylinch Stud, où j’ai

participé au préentraînement et aux ventes de yearlings. Puis je suis parti un

an et demi aux États-Unis, d’abord au Kentucky, à Indian Creek, puis en

Floride, où j’ai observé beaucoup de breeze-up et de préentraînement. J’ai

encore passé quelques années en Irlande et en France, chez différents

entraîneurs, avant de m’installer à mon propre compte.

DEPUIS

QUAND ETES-VOUS INSTALLE, ET QUELLE EST VOTRE ACTIVITE PRINCIPALE ?

Je me

suis installé en octobre 2011, dans l’Eure, sur la commune de

Montreuil-l’Argillé. Je loue six boxes dans un ancien haras de trotteurs où je

travaille seul. J’ai une petite piste, mais je fais surtout beaucoup

d’extérieurs, ce qui est très profitable pour les jeunes chevaux. Mon activité

principale est la préparations des poulains aux breeze-up. Pour moi, c’est ce

qui fait le mieux le lien entre l’élevage et l’entraînement. Par rapport au

simple débourrage-préentraînement, la vente apporte une finalité, et on garde

les poulains plus longtemps, entre six et sept mois, ce qui permet de prendre

le temps d’initier ces jeunes éléments à leur future carrière.

QUEL A

ETE LE DECLIC POUR VOUS METTRE A VOTRE COMPTE ?

L’an

dernier, j’ai présenté en partenariat avec Pascale Ménard, du haras du Mâ, deux

poulains aux breeze-up Arqana : My Virginia (Shirocco) et Jalmud (Orpen), tous

deux gagnants. Nous avons également vendu à l’amiable, à Jacques Heloury,

Nimohe (Excellent Art), qui a gagné le Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles

(L) à Vichy. C’est vraiment elle qui m’a donné le courage de me lancer ! Je

remercie aussi ma famille qui m’a soutenu et encouragé pour franchir ce pas.

DANS

QUEL ESPRIT PREPAREZ-VOUS VOS POULAINS AUX BREEZE-UP ?

Aux

États-Unis, les 2ans ont tendance à faire la course de leur vie lors du canter

avant la vente. Je n’ai pas essayé de copier cette manière de procéder. Je

travaille sur le long terme, et mon objectif est que les poulains vendus

deviennent des gagnants sur les hippodromes. Je présente donc des 2ans qui ont

de la marge, et ne sont pas très fit, pour que les entraîneurs puissent les

faire progresser. Et surtout, je veux présenter des poulains très sains.