Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix gras savoye pasteurdon – prix de longchamp (gr3) : esmondo ne rate pas cette belle opportunite

Autres informations / 21.05.2012

Prix gras savoye pasteurdon – prix de longchamp (gr3) : esmondo ne rate pas cette belle opportunite

Esmondo

(Sholokhov), leader incontesté de sa génération à 3ans, avait perdu sa couronne

au fil des préparatoires au Prix Alain du Breil (Gr1). En l’absence d’Usual

Suspects (Goldneyev), qui l’a battu dans le Prix Amadou (Gr2), de Blingless

(Enrique), lauréat du Prix de Pépinvast (Gr3), préservés pour le Gr1 du

printemps, et de Wonderful Charm (Poliglote), épatant dans le Prix Amadou,

Esmondo avait une belle carte à jouer dans ce Prix de Longchamp. En poulain

sérieux, le pensionnaire de Guillaume Macaire n’a pas laissé passer cette belle

occasion, résistant jusqu’au bout à l’attaque de Chegei Has (Kahyasi), qui

confirme ses excellentes sorties à Enghien. Guillaume Macaire nous a expliqué :

« C’est un cheval un peu rond, qui a besoin de travail, alors j’ai préféré le

courir ici plutôt qu’être obligé de le travailler beaucoup pour le Prix Alain

du Breil. Et c’est vrai que l’absence de plusieurs rivaux d’importance lui

facilitait la tâche. Cette victoire est bonne à prendre. On ne peut rien

reprocher à ce poulain, qui dépasse maintenant les 500.000 € de gains. On en

voudrait beaucoup, des comme lui, dans les boxes ! » Bertrand Lestrade, son

habituel jockey, a quant à lui analysé : « C'est un super cheval, mais c'est

vrai que les courses deviennent de plus en plus dures. Je pense qu'à 3ans, il

vivait un peu sur son avance, du fait qu'il est assez précoce. Aujourd'hui, il

a été capable de sortir le grand jeu. Le monter plus offensif a payé. Dans le

tournant, j'avais beaucoup de gaz. Mais j'ai démarré un peu tôt, c'est pour

cela que j'ai dû le solliciter jusqu'au bout pour finir. Pour le Prix Alain du

Breil, il serait mieux sur du bon terrain que sur une piste lourde. » Chegei

Has, qui était en chaleur quand elle a été battue en dernier lieu à Enghien,

confirme qu’elle est une recrue de premier plan sur les haies, elle qui avait

montré une vraie classe de plat. Jean-Paul Gallorini a détaillé : « Elle

affrontait les mâles et court donc très bien, d’autant qu’elle est battue par

un champion. Elle est devancée d’un rien !» Derrière ces deux-là, Défi d’Anjou

(Saint des Saints), qui revenait du steeple, où il était tombé dans le Prix

Jean Stern (Gr2), répète ce qu’il avait montré à Cagnes. Laurent Viel a analysé

: « Il confirme tout le bien qu'on pensait de lui. J'ai toujours su qu'il avait

le niveau de telles épreuves. Aujourd'hui il a bénéficié d'un très bon parcours

et n'a pas puisé dans ses ressources pour finir. Il encore de la marge. Il a

juste encore besoin de s'endurcir. Nous sommes ravis de sa prestation. »

UNE

BELLE FAMILLE ALLEMANDE

Esmondo

a été acheté yearling 18.000 € aux ventes de Baden-Baden par Pierre Boulard. Sa

mère, E s m o n d a (Mondrian), fille d’un gagnant de Derby allemand, est la

soeur utérine du bon Estejo (Johan Cruyff), vainqueur du Premio Roma (Gr1), et

d’Estemona (Oxalagu), double gagnante de Listed. Ermion (Surumu), la troisième

mère, s’est classée deuxième au niveau Listed et a conclu quatrième du Preis

der Diana (Gr2).