Prix greffulhe (gr2) : kesampour apprend a se battre

Autres informations / 06.05.2012

Prix greffulhe (gr2) : kesampour apprend a se battre

Certes,

on attendait une victoire plus nette de l’invaincu Kesampour (King’s Best) dans

le Prix Greffulhe (Gr2). Si, lors de ses quatre succès, le poulain de S. A. Aga

Khan n’avait jamais eu à se battre, il en fut autrement samedi. Et c’est

sûrement mieux ainsi, dans la perspective d’une participation au Derby d’Epsom

(Gr1). De surcroît, Kesampour a lutté avec un poulain en plein épanouissement,

dont on ne connaît pas les limites. Albion (With Approval) avait ouvert son

palmarès dans le Prix du Pré Catelan (B), dans un bon style. Il a prouvé qu’il

avait le niveau pour viser les meilleures épreuves, tout en donnant

l’impression qu’il pourrait tenir 2.400m sans problème.

UN

ENTOURAGE RASSURE SUR LA TENUE DU POULAIN

La

course s’est déroulée de façon un peu étrange. En effet, Shalamzar (Selkirk),

le leader de Kesampour, est mal parti et a dû être actionné par Thomas Huet

pour prendre la tête. Cette accélération dans les premiers mètres de course a

eu tendance à rendre Kesampour un peu brillant, qui a sauté sur son mors pour

suivre son "pacemaker". Durant le reste du parcours, si Christophe

Lemaire a réussi à le cacher dans le dos de Shalamzar, le poulain ne s’est

jamais vraiment relâché. Saônois (Chichicastenango) galopait derrière eux, mais

le nez au vent, lui aussi un peu tendu. Seul Albion était plus relâché, bien

calé à la corde. Et, effectivement, le pensionnaire d’André Fabre a été le

rival le plus coriace de Kesampour dans la ligne droite. Les deux poulains se

sont retrouvés à la lutte, un scénario inédit pour le poulain princier. Et c’est

là que le comportement de Kesampour nous a séduits. Il n’a en effet jamais

désarmé, repartant à chaque fois sous les sollicitations de Christophe Lemaire.

Georges Rimaud nous a expliqué : « C’est la première fois qu’il était

"challengé" dans la phase finale, et il a bien répondu aux

sollicitations de son jockey. Cette course lui a permis d’apprendre à se

battre, et c’est important pour son avenir. Comme la course s’est disputée à un

rythme régulier, cela nous a également montré qu’il tenait la distance sans

problème. Nous sommes donc rassurés sur sa tenue. Aucune décision n’est encore

arrêtée quant à sa participation au Derby. Son entraîneur n’est pas là

aujourd’hui, et nous devons en discuter avec lui… »

ELDANDY

VA ATTENDRE LA DEUXIEME PARTIE DE L’ANNEE

Dans les

derniers mètres, Saônois a été rejoint et même dépassé par Eldandy (Danehill

Dancer), qui découvrait cette distance, et qui a patienté durant le parcours.

Son comportement a satisfait Carlos Laffon-Parias, qui nous a confié : « La

dernière fois, il a été devancé par un poulain à qui il rendait deux kilos, et

dont les limites sont inconnues. Initialement, je voulais courir le Prix de

Guiche avec lui, et c’est dans cet objectif qu’il a travaillé récemment sur

l’hippodrome de Chantilly, en compagnie de Nutello (Lemon DropKid). Mais j’ai

pensé que l’opposition serait plus relevée dans le "Guiche". J’ai

donc opté pour cette course. Il se comporte bien, mais il est encore immature.

Je vais le laisser tranquille et le garder pour la deuxième partie de la saison.

»

SAONOIS

PAIE SON PARCOURS NEZ AU VENT

Saônois

n’a pas démérité en se classant quatrième, surtout qu’il n’a pas eu le parcours

idéal. Il a semblé devoir se contenter de la cinquième place avant de repartir

au courage, et de ne perdre la troisième place que du minimum. Jean-Pierre

Gauvin a détaillé : « Je pense que les circonstances de course lui coûtent un

meilleur classement. Il a en effet galopé nez au vent, comme je le craignais.

Mais il a bien réagi dans la phase finale. »

UN

PREMIER PRODUIT PLEIN DE PROMESSES POUR KASATANA

Élevée

par son propriétaire, S. A. Aga Khan, Kesampour est le premier produit de

Kasatana (Hernando). Elle avait gagné ses deux premières sorties à l’âge de

2ans, sans pouvoir concrétiser au niveau Listed, où elle compte deux cinquièmes

places. Kasatana est une fille de Kassiyda (Mill Reef), qui a gagné deux

courses à 3ans et a produit huit gagnants. Elle est la mère de Kassani

(Alleged), lauréat du Prix Kergolay (Gr2), et de Kassana (Shernazar), gagnante du

Prix Minerve (Gr3) et génitrice de Kastoria, lauréate de l’Irish Saint-Leger

(Gr1). Cette famille se rattache à Kahyasi, via Kadissya (Blushing Groom),

troisième mère de Kesampour.