Prix greffulhe (gr2) : les lourdes responsabilites de kesampour

Autres informations / 05.05.2012

Prix greffulhe (gr2) : les lourdes responsabilites de kesampour

Dans le

Prix Greffulhe (Gr2), l’invaincu Kesampour (King’s Best) est évidemment très

attendu. Lors de ses trois sorties, le poulain de S. A. Aga Khan s’est imposé

facilement, sans jamais avoir besoin de lutter. Pour sa rentrée, dans le Prix

François Mathet (L), il a laissé à deux longueurs Top Trip (Dubai Destination).

Samedi, il va rencontrer pour la première fois un lot d’une telle qualité, et

il sera aidé dans sa tâche par un leader, Shalamzar (Selkirk), qui devrait être

capable de l’emmener loin. Kesampour est engagé dans le Derby d’Epsom (Gr1), il

devra réaliser une grande performance et convaincre dans ce Gr2 s’il veut

justifier cette souscription. Le dernier lauréat de cette préparatoire n’est

autre que Pour Moi (Montjeu), qui s’était ensuite imposé à Epsom. Kesampour va

devoir battre un poulain plus expérimenté que lui, qui a déjà connu des combats

et ne cesse de progresser. Il s’agit de Saônois (Chichicastenango), épatant

dans le Prix La Force (Gr3). Le cheval de Jean-Pierre Gauvin a réalisé une drôle

de performance le 8 avril. Brillant pendant une bonne partie du parcours, il

avait ensuite dû se faufiler à la corde pour venir arracher la victoire à Saint

Loup (Zamindar). Avec de meilleures circonstances de course, l’écart à

l’arrivée aurait été plus important. Saônois a donc le droit de se présenter

dans cette épreuve avec de légitimes ambitions, avant d’aborder le Jockey Club

où son expérience sera un atout précieux. S’il a gagné le Prix Policeman (L)

sur une P.S.F., puis le Prix La Force en bon terrain, il avait gagné à Lyon

l’an dernier sur une piste beaucoup pénible, dans un lot certes beaucoup moins

relevé que celui-ci.

ALBION

ET FIRST DATE, DEUX PROFILS SIMILAIRES

Poulain

tardif, Albion (With Approval) a ouvert son palmarès pour sa rentrée, dans une

course B où il battait de peu Lunayir (Sinndar), un poulain estimé par Alain de

Royer Dupré. Mais, plus que l’écart à l’arrivée, c’est le style de son succès

qui a convaincu, sur une distance qu’il découvrait et qui lui a parfaitement

convenu. Albion n’a sans doute pas fini de progresser. On n’oublie pas non plus

que Pour Moi, autre pensionnaire d’André Fabre, était passé victorieusement

d’une course B à ce Gr2. First Date (Selkirk) a lui aussi impressionné pour sa

rentrée. Dans une course particulière, disputée à un train de sénateur, il a

été capable d’accélérer fortement dans la phase finale, laissant à deux

longueurs et demie Saint Baudolino (Pivotal), qui a confirmé ensuite. Pascal

Bary n’a pas caché l’estime qu’il porte à son pensionnaire. Comme Albion, First

Date s’est épanoui sur la distance de 2.000m.

ELDANDY

ALLONGE

Enfin,

Carlos Laffon-Parias a supplémenté Eldandy (Danehill Dancer) pour participer à

cette épreuve, certainement convaincu par les derniers travaux du poulain.

Eldandy était rentré directement dans le Prix Omnium II (L), où il a été très

chuchoté avant de prendre une troisième place. Parti grand favori du Prix Birum

(D), sur 1.700m, à Maisons-Laffitte, il avait laissé la victoire à Bolingbroke

(King’s Best), à qui il rendait deux kilos. Mais son entraîneur lui a gardé sa

confiance, persuadé que cet élément encore immature serait mieux sur une

distance plus longue. Nous y sommes : Eldandy va découvrir les 2.000m.

L’AVENTURE

CONTINUE AVEC SAONOIS

Petit à

petit, Saônois (Chichicastenango) s’est fait sa place parmi les meilleurs 3ans

français. Samedi, ce sera un nouveau test pour lui, l’ultime avant le Jockey

Club, à l’occasion du Prix Greffulhe (Gr2). Son entraîneur, Jean-Pierre Gauvin,

nous a confié : « L’aventure continue et, cette fois, nous avons un peu plus de

pression. Nous nous posons la question de savoir si le cheval va toujours

répondre présent. Après le Prix La Force, nous avons hésité à venir sur le

"Jockey Club" directement, sur sa fraîcheur. Mais, finalement, le

cheval est bien et nous a montré le matin qu’il avait envie de courir. Il est

vrai que Saônois est plus maniable corde à gauche. Il a tendance à vouloir

s’appuyer à gauche, contre la lice. Il y a un leader dans la course et c’est

également un avantage. Dans le Prix la Force, s’il y avait eu plus de rythme,

il se serait imposé plus facilement. Et, aussi, si le leader de Beauvoir

n’avait pas ouvert la porte, Saônois aurait eu très nettement le temps revenir

gagner à l’extérieur et non pas en dedans comme ce fut le cas. Depuis

Cagnes-sur-Mer, le cheval n’a jamais cédé ou plafonné. Quelles sont ses limites

? Je ne sais pas encore. »