Abu dhabi prix de malleret (gr2) : on rebat les cartes

Autres informations / 23.06.2012

Abu dhabi prix de malleret (gr2) : on rebat les cartes

Après le

Prix de la Seine (L) et le Prix de Royaumont (Gr3), le Prix de Malleret (Gr2)

est la troisième étape du premier semestre dans le triptyque des pouliches de

3ans ayant de la tenue. Après Longchamp et Chantilly, c’est Saint-Cloud qui

accueille cette finale. Les cartes sont rebattues, car on passe corde à gauche

et aussi parce que Sediciosa (Rail Link), lauréate du "Royaumont"

(Gr3), n’est pas là car elle s’économise pour le second semestre. Retrouvant

l’hippodrome où elle s’est imposée pour ses débuts, Mandistana (Azamour) peut

vaincre. Malheureuse dans le Prix de la Seine (L), elle a montré des progrès à

chacune de ses sorties en 2012. Ce "Malleret" peut être la bonne

sortie pour elle. Deux compagnes de couleurs et d’écurie l’accompagnent. Des

deux, il faut surtout suivre Makana (Dalkhani), pouliche qui possède de la tenue

et du train. Dauphine de Sediciosa à Chantilly, Yellow and Green (Monsun) est

encore maiden mais déjà black type. À chaque fois, cette attentiste a fait une

grosse impression en regagnant beaucoup de terrain pour finir. Cette fois, avec

une lice à zéro et, sans doute, un terrain rapide, il ne sera pas si simple

pour elle d’ouvrir son palmarès. Mais, en qualité pure, elle peut regarder

toutes ses adversaires dans les yeux. Bassamba (American Post) a fait l’impasse

sur le "Royaumont" après avoir gagné "La Seine". La ligne

est bonne et Bassamba est une pouliche très lutteuse et dure à l’effort. Si

elle prend l’avantage, il faudra aller la chercher. Enfin, Nobilis (Rock of

Gibraltar) vient de se promener à Longchamp. On ne connaît pas les limites de

cette pouliche qui a ouvert son palmarès sur sa classe plus que sur autre chose

dernièrement. C’est un test pour elle face à des pouliches de niveau black

type. C’est intéressant de voir son comportement à ce niveau. En tout cas,

malgré le faible écart avec lequel elle a gagné à Longchamp, elle n’a utilisé

qu’une partie de son gros moteur.