Cyriaque santerne remporte son premier gr1 a merano

Autres informations / 18.06.2012

Cyriaque santerne remporte son premier gr1 a merano

Cyriaque

Santerne a remporté, dimanche, son premier Gr1 à l’occasion du Grand

Steeple-Chase d’Europa de Merano, en Italie. Cela fait maintenant quatre ans

que Cyriaque Santerne exerce son métier de jockey essentiellement en Suisse

pour le compte du propriétaire Marco Botani. Dimanche, il se rendait pour la

deuxième fois sur l’hippodrome de Merano.

JDG. –

COMMENT EN ETES-VOUS ARRIVE A MONTER EN ITALIE ?

Cyriaque

Santerne. – C’est grâce à Ervan Chazelle et Nadège Ouakli, qui ont des

relations là-bas. Ervan Chazelle ne pouvait pas s’y rendre pour la première

réunion de Merano et il avait alors proposé mes services. Je m’y suis donc

rendu le week-end du 3 juin et j’y ai gagné la dernière préparatoire à la Grande

Course de Haies des 4 Ans qui se court à la fin du mois. À ma descente de

cheval, c’est là que l’on m’a proposé de monter le "Grand Steeple".

COMMENT

AVEZ-VOUS VECU VOTRE PREMIERE VICTOIRE DE GR1 DANS LE GRAND STEEPLE D’EUROPA DE

MERANO ?

Lorsque

j’ai franchi le poteau en tête, je n’en revenais pas. J’arrivais en terre

inconnue. Je ne connaissais ni le parcours, ni le cheval, ni l’entraîneur.

C’est un parcours très technique là-bas. Mais j’ai eu la chance de monter un

très bon sauteur avec lequel j’ai pris beaucoup de plaisir. J’ai bénéficié

d’une bonne course en me postant derrière Allen Voran (Sholokhov) durant le

parcours. C’est dans la phase finale que je suis venu avec beaucoup de

ressources à l’extérieur du peloton. C’est un bon cheval et on a gagné sûrement.

NOUS

VOUS VOYONS DESORMAIS QUE TRES PEU SUR LES HIPPODROMES FRANÇAIS. QUE

DEVENEZ-VOUS ?

Cela

fait maintenant quatre ans que je travaille essentiellement en Suisse, même si

j’habite toujours en France. Je m’y rends tous les week-ends, jusqu’au lundi ou

mardi, pour y travailler des chevaux, principalement pour Marco Botani. Le

reste de la semaine, je rentre en France avec ma famille et je m’entretiens

physiquement. Cela fait deux fois que je suis appelé à monter en Italie et

j’espère y retourner.