Le lecteur anonyme voit juste

Autres informations / 10.06.2012

Le lecteur anonyme voit juste

 

PAR

PHILIPPE DESBOIS

C’est

toujours un plaisir de lire Jour de Galop. Un petit mot pour dire que le

"papier" le plus juste de tous ceux qui ont paru, c’est bien celui du

"lecteur anonyme" de samedi matin. Tout y est dit, son auteur est

peut-être dans les affaires, raison pour laquelle il ne l’a pas signé ! La

vérité c’est que si Saônois n’avait pas eu le passage et avait fini quatrième

derrière Saint Baudolino (Godolphin), Nutello (Wertheimer & Frère) et

Kesampour (S. A. Aga Khan), les mêmes détracteurs de la distance n’auraient

sans doute pas évoqué celle-ci, parlant plutôt de bons chevaux à l’arrivée,

bien nés, bien entraînés, portant des casaques classiques.  La poignée de mains de félicitations de S. A.

Aga Khan au propriétaire de Saônois est bien le geste le plus intelligent et le

plus remarquable. Le roi qui félicite le roturier, un boulanger, non pas parce

qu’il fait du bon pain mais, sportivement, parce que celui ci l’a battu dans un

Gr1 avec un cheval, ce n’est pas banal non ? Il n’y a que les courses pour

permettre ça et, messieurs les détracteurs, occupez-vous plutôt d’aller

chercher beaucoup de "boulangers" pour acheter les partants des

courses de demain. J’ajouterai juste que, quelque réforme qui soit, sa mise en

oeuvre est toujours loin de faire l’unanimité. Pascal Bary a raison : « c’est à

nous de nous adapter ». Le monde bouge, il est normal que les choses ne restent

pas en l’état, ou alors ce sont des positions partisanes. Si une réforme est

instituée, il y a des raisons à cela, c’est pour apporter, a priori, un plus

par rapport à la situation précédente qui n’était plus adaptée. Auparavant, le

choix sur 2.400m était : « ou le Derby d’Epsom ou le "Jockey Club" »,

maintenant c’est : « ou le Grand Prix de Paris », Gr1 lui aussi, où est le

problème ? Au contraire, pourquoi ne pas penser et constater par le nombre des

partants que le Jockey Club, en se positionnant en intermédiaire sur 2.100m,

apporte une alternative favorable ? Ce fut sans doute une partie du but

recherché. Pourquoi faudrait-il qu’un cheval soit jugé bon ou crack seulement

sur 1.600m ou sur 2.400m parce qu’on a toujours jugé les choses ainsi ? Pour

l’élevage ? Chacun sait bien qu’il n’y a rien de mathématique dans les

croisements, alors, à partir de là, les éleveurs sauront choisir, comme

d’habitude…Reste qu’à Chantilly le départ, là où il est donné, avantagerait,

paraît-il, les chevaux "vite" par rapport au départ d’avant pour

2.400m ! Quoique Saônois et Lope de Vega aient eu le 16 et le 20 à la

corde…Shamardal (Poule d’Essai 1.600m) restera jugé quand même comme un cheval

de 1.600m malgré sa victoire dans notre Jockey Club 2.100m parce qu’ayant été

bien monté à l’économie par Frankie Dettori. Camelot a battu "notre

1.600m" French Fifteen dans les 2.000 Guinées en venant de derrière, puis

a gagné le Derby d’Epsom 2.400m, espérons le voir dans "l’Arc" ! Mais

peut-être qu’il va falloir s’y faire : maintenant, le gagnant du Jockey Club

aura du mal, à moins d’être un crack, à gagner le Prix de l’Arc de Triomphe, et

alors ? Pourquoi pas le gagnant du Grand Prix de Paris ? Rail Link l’a fait…On

sait très bien, depuis longtemps, que si les courses pouvaient se recourir le

résultat serait différent, alors pourquoi voit-on encore écrit cela dans les

journaux ? C’est cela la glorieuse incertitude des courses et c’est très bien

ainsi.