L’edito de pierre laperdrix : l’ante-post en mutuel, pour developper la culture hippique

Autres informations / 03.06.2012

L’edito de pierre laperdrix : l’ante-post en mutuel, pour developper la culture hippique

Ce qui

fait défaut en France, notamment au galop, ce sont les connaissances hippiques

de base. Beaucoup de turfistes ne connaissent pas le programme ni non plus, par

exemple, comment fonctionnent les handicaps. Et ils ont du mal à mémoriser les

noms des bons chevaux car, contrairement aux trotteurs, les galopeurs courent

peu et leur carrière est courte. Et, il faut bien le dire, rien ne les incite à

vouloir en savoir plus, bien que le pari hippique soit un jeu d’expertise et

d’expérience. Pour développer la culture hippique, il faudrait donc développer

un système qui permette aux parieurs de miser plus souvent sur les chances des

champions. Comment ? Pas en obligeant les cracks à courir plus souvent (cela

n’a pas de sens), mais en organisant plusieurs sessions de paris pour chaque

belle course. Cette solution s’appelle l’ante-post betting mutuel. Comment

fonctionne-t-il ? À des dates établies, un livre est ouvert. Il est alors

possible, sur une durée qui est déterminée (le plus souvent deux jours) de

jouer sur les chevaux proposés pour cet événement. À la fin de cette période,

le livre est refermé. Les parieurs ayant joué au sein de ce livre ont misé sur

un cheval (ou plusieurs) à une cote déterminée par les sommes placées sur les

chances de ce cheval rapportées à la somme jouée au total dans le livre. On

fonctionne donc sur le même principe que le pari mutuel, au moment présent de

la course, sauf que les paris sont pris sur une période fixe, plusieurs jours,

semaines ou mois avant l’épreuve. Si, pour la même course, un autre livre est

ouvert, ses paris n’auront pas d’incidence sur ceux des livres précédents.

L’ante-post existe aux États-Unis, pour le Kentucky Derby et les Kentucky Oaks.

Il s’agit bien de mutuel à cotes flexibles. Rien à voir avec l’Angleterre ou

l’Irlande, par exemple, où les paris à l’avance se font à cote fixe.  Pour finir, précisons que ce type de paris existe

déjà chez nous. Il est possible, par exemple, à la fin des courses du samedi

soir, de jouer sur les courses du dimanche, c’est l’enregistrement de paris

prolongé (alors que les cotes ne sont pas disponibles).