Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ouverture de la 3e conference internationale des courses de chevaux arabes a berlin

Autres informations / 07.06.2012

Ouverture de la 3e conference internationale des courses de chevaux arabes a berlin

Organisée

chaque année depuis deux ans sous l’impulsion de Son Altesse Cheikh Mansour bin

Zayed Al Nahyan, la Conférence internationale des courses de chevaux arabes

réunit les meilleurs spécialistes mondiaux de la race du pur-sang arabe. Après

Abu Dhabi (2010) et La Haye (2011), elle s’est ouverte jeudi dans la capitale

allemande, Berlin, sous la présidence de la directrice du Festival

international de courses de chevaux arabes (dont la Conférence fait partie),

Mme Lara Sawaya. Au programme de ce premier jour de session, l’élevage et le

rôle des jockeys en course. Avec près de 50 % du cheptel disparu au début du

XIVe siècle, faute d’un travail utile et de l’incapacité à les nourrir, le

cheval arabe a connu un regain d’intérêt avec l’invasion de l’Egypte par

l’empereur Napoléon 1er, « fasciné par l’utilisation du cheval au combat par

les Arabes. » Avec l’émergence de la technologie (nouveaux canons et

mitrailleuses), cette noble créature a de nouveau perdu du terrain dans son utilisation.

C’est pourquoi feu Cheikh Zayed, Son Altesse Cheikha Fatima Bint Mubarak, mère

de la Nation et Son Altesse Cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan ont ouvert un

nouveau chapitre dans l’histoire du cheval arabe en apportant leur concours à

tant de courses à travers le monde. Cela a permis de préserver le nombre de

chevaux et d’encourager tous les petits éleveurs du monde entier tels le Dr

Azaddine Sedrati, le meilleur éleveur marocain, tout comme l’émirati Khaled Al

Nabooda (également propriétaire) : « Le climat chaud et humide couplé avec un

sol pauvre rend notre travail difficile mais c’est un challenge que nous

relevons. Certains de nos chevaux locaux ont même réalisé l’exploit de battre

des chevaux européens et d’établir de nouveaux records sur les différentes

pistes du pays. » Reste la question urgente d’établir une base de données

solides pour tous les chevaux à l’entraînement ainsi que les étalons. C’est

l’une des tâches de l’IFAHR (Fédération internationale des courses de chevaux

arabes) et de son secrétaire, Mats Genberg : « Nous avons la volonté et la

détermination pour le faire mais contrairement au monde du pur-sang anglais qui

peut s’appuyer sur des compagnies privées, nous n’avons qu’un petit nombre de

passionnés pour le faire. C’est pourquoi nous avons créé des centres

d’information dans tous les pays où court le cheval arabe afin d’échanger nos

données. » Enfin, il a été noté que l’insémination artificielle a facilité la

tâche des éleveurs et l'a rendue moins coûteuse, spécialement pour les petits

propriétaires.