Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix d’iena (l) : les “gallorini” au dessus de la melee

Autres informations / 04.06.2012

Prix d’iena (l) : les “gallorini” au dessus de la melee

Jean-Paul

Gallorini nous avait dit, en début de saison, qu’il avait un lot de 3ans

d’excellente facture. Cela se confirme au fur et à mesure des épreuves

réservées à la jeune génération, sur la butte Mortemart. Depuis le Prix Wild

Monarch (L), l’entraîneur mansonnien enchaîne les bons résultats et la règle

n’a pas changé pour le Prix d’Iéna (L). Ses trois partantes ont terminé dans

les cinq premières. Libranous (Ballingarry) et Sanouva (Muhtathir) se sont

offert une belle lutte, qui a tourné à l’avantage de la première nommée. Silver

Chic (Chichicastenango) a conclu quatrième. La fille de Ballingarry a plus de

métier que sa dauphine, qui ne comptait qu’une sortie, victorieuse, dans le

Prix Wild Monarch. C’est ce qui a fait la différence, comme l’a avoué le

professionnel mansonnien : « Sanouva n’avait qu’une sortie dans les jambes

alors que Libranous avait couru trois fois en plat. De plus, elle comptait deux

sorties en obstacle. C’est donc le métier qui a joué puisque c’est un avantage

énorme à 3ans. On a vu néanmoins qu’il y avait les deux premières et les

autres. » Libranous et Sanouva ont en effet laissé i Want it all (Majorien) à

douze longueurs. Elles se sont épaulées durant tout le parcours, mais, au

courage, Libranous a réussi à mettre une longueur à sa compagne d’entraînement.

Jockey de la gagnante, Gaëtan Masure a expliqué au micro du cheval émetteur: «

C’est une pouliche que j’adore, que j’ai toujours montée. J’avais tout de suite

remarqué qu’elle serait une bonne sauteuse parce qu’elle a beaucoup de

caractère. Elle répète ses courses. Lorsqu’elle avait été deuxième, je ne

l’avais pas bien montée. » Avec Libranous et Sanouva chez les pouliches ainsi

que Le Grand Lucé (Dream Well), lauréat du Prix Stanley (L) et engagé dimanche

dans le Prix Aguado (L), l’équivalent du Prix d’Iéna, pour les mâles, Jean-Paul

Gallorini détient les clés de la jeune génération à Auteuil.

PLUSIEURS

DECEPTIONS DANS LA COURSE

On

attendait mieux de Solvalla (Al Namix), my Fair Lady (Poliglote) et Viviane

Royale (Poliglote), trois pouliches qui avaient laissé de bonnes impressions.

La première a confondu vitesse et précipitation et venait de courir en plat.

Après avoir mené, en étant allante, elle a conclu cinquième. My Fair Lady

découvrait Auteuil et cette pouliche qui aime aller de l’avant n’a pas si mal

couru en dépit de son classement (6e) car elle n’a plafonné que dans la ligne

droite. Quant à Viviane Royale, elle n’a pas accéléré comme lors de sa première

sortie.

LA NIECE

DE TAKE RISKS

Élevée

par Pegasus Farms Ltd, Libranous est née pour courir en plat puisqu’elle est la

nièce de Take Risks, vainqueur des Prix Messidor, Edmond Blanc, de la Jonchère

et Saint-Roman (Grs3), devenu étalon. On retrouve plusieurs chevaux ayant pris

du black type en plat dans son pedigree comme Bainobless, Pride of Kings et

Lake Baino, laquelle est devenue la mère d’Anzas, troisième du Critérium du

Fonds Européen de l’Élevage (L). Libranous est aussi la soeur de Stella Blue

(Anabaa), vainqueur du Prix Miesque (Gr3). Sa mère, Libanoor (Highest Honor), a

gagné quatre courses en sept sorties en plat.