Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix du jockey club (gr1) : une question de generation

Autres informations / 03.06.2012

Prix du jockey club (gr1) : une question de generation

Là où le

Derby d’Epsom n’a attiré que neuf partants, le Jockey Club (Gr1) a, lui, fait

le plein et ils sont vingt à vouloir succéder à Reliable Man (Dalakhani). Si

autant de poulains grattent à la porte du Jockey Club, c’est le résultat de

préparatoires mal adaptées, qui laissent croire à beaucoup qu’ils peuvent avoir

leur chance le premier dimanche de juin. La distance de 2.100m est à la croisée

des chemins entre les milers rallongés et les chevaux qui font leurs preuves

sur 2.000m et plus dans le schéma, qui est resté classique, des préparatoires

au Derby français. Avec le recul que l’on a maintenant de sept éditions sur

2.100m, on s’aperçoit que les arrivées ont été limpides et parfaitement

logiques. Certains lauréats du nouveau "Jockey Club" sont déjà de

lointains souvenirs, mais d’autres sont aujourd’hui des étalons renommés et ont

réussi à gagner à nouveau après le Jockey Club au niveau Gr1 (Shamardal et

Lawman). Il faut laisser au nouveau Jockey Club le temps de faire ses preuves.

Il a réussi son pari d’attirer beaucoup de partants chaque année, il lui reste

maintenant à trouver des parcours adaptés pour ses préparatoires, afin d’amener

les chevaux en progression sur 2.100m. Le nombre de partants ne nuit pas à la

limpidité du résultat car qui oserait dire que Lope de Vega (Shamardal),

lauréat de l’édition 2010 riche de vingt-deux partants, n’était pas le meilleur

de sa génération? En fait, entre 2.100m ou 2.400m, ce n’est pas une histoire de

distance mais plutôt de génération de chevaux. Sur 2.400m, le Jockey Club a eu

aussi son lot de mauvais gagnants, dont il est inutile de rappeler les noms. Le

Prix d’Ispahan (Gr1) a montré qu’en 2011 les mâles de 3ans étaient inférieurs

aux pouliches et la récente Poule d’Essai des Poulains (Gr1) laisse à penser

qu’on prend le même chemin cette année. Conclu sur un jumelé Méandre - Séville,

le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1), sur 2.400m, confirme le niveau moyen

des mâles en 2011. C’est donc bien une histoire de génération, pas de distance.

Où sont les bons chevaux du Jockey Club 2012 ? Il ne faut pas chercher loin

pour les trouver. Il n’y a qu’un seul lauréat de Gr1 au départ et c’est French

Fifteen (Turtle Bowl). Au-delà de l’incertitude sur la distance de 2.100m,

qu’il va découvrir en compétition, c’est lui le cheval le plus titré et le plus

régulier. Il s’est adapté à tout ce que son programme lui a imposé, avait

réussi un truc "d’outre-tombe" à 2ans dans le Critérium International

(Gr1) et a confirmé en enlevant le Prix Djebel (Gr3), avant d’être seulement

battu par Camelot (Montjeu) dans les 2.000 Guinées de Newmarket (Gr1). Le

cheval qui veut gagner le Jockey Club doit battre French Fifteen. En fouillant

dans le champ des partants, seuls deux autres chevaux ont réussi à terminer

dans les trois premiers d’un Gr1. Sofast (Rock of Gibraltar) a été un excellent

2ans, deuxième de Darbisim (Hat Trick) dans le Grand Critérium (Gr1). Derrière

French Fifteen, c’est lui le cheval le plus titré. Vient ensuite Most Improved

(Lawman), qui a manqué les premiers rendez-vous outre-Manche et fait sa rentrée

dimanche. Troisième des Dewhurst Stakes (Gr1), ce sera le troisième cheval le

plus titré. Il faut s’attendre à des révélations dimanche, à des déceptions

aussi et seul l’avenir dira si ce Jockey Club a été un bon cru ou non.