Chantilly, prix jean prat (gr1) : l’occasion ou jamais

Autres informations / 30.06.2012

Chantilly, prix jean prat (gr1) : l’occasion ou jamais

En

attendant les matchs intergénération pour les mâles, qui vont s’enchaîner à

partir du July Cup (Gr1), le Prix Jean Prat (Gr1) est la dernière occasion pour

les milers de 3ans de s’affronter au plus haut niveau. Les huit concurrents en

lice auront donc à coeur de briller, car, ensuite, il faudra affronter les

aînés et si la génération des 3ans de 2012 n’a pas le niveau, il sera très dur

pour eux de rivaliser face aux "anciens". Dimanche, le cheval de la

course, c’est French Fifteen (Turtle Bowl). Sept ans après son père, Turtle

Bowl (Dyhim Diamond), il va tenter d’accrocher ce Gr1 à son palmarès. En début

de saison, il a montré dans les 2.000 Guinées (Gr1) qu’il faisait partie des

meilleurs milers de 3ans cette année. Sa performance dans le "Jockey

Club" ne compte pas et c’est le seul gagnant de Gr1 (Critérium

International) dans ce lot. S’il veut asseoir son statut de "top

miler" de 3ans cette année, ce cheval expérimenté se doit de remporter ce

Prix Jean Prat. Il retrouve Thierry Thulliez, qui était son fidèle partenaire

l’an dernier.

CASPAR

NETSCHER SUR LA MONTANTE

Caspar

Netscher (Dutch Art) vient d’obtenir le statut de classique dans les 2.000

Guinées allemandes (Gr2). À l’image de French Fifteen, il a beaucoup roulé sa

bosse à 2ans et cela ne l’a pas empêché d’être performant à 3ans. Il vient de

se balader en Allemagne et, auparavant, ce pensionnaire d’Alan McCabe avait

bien couru dans les 2.000 Guinées. Il avait longtemps fait illusion avant de

voir plusieurs bons chevaux lui "tomber dessus". French Fifteen a

prouvé à Newmarket qu’il était meilleur que Caspar Netscher. Une fois encore,

il devrait finir devant, mais le cheval anglais est en forme et en confiance,

contrairement au cheval français. Il peut y avoir match.

XANADOU

A DU MORDANT

Xanadou

(Peintre Célèbre) a montré dans le Prix de Guiche (Gr3), en plus d’autres

choses, qu’il ne tenait pas plus que 1.600m. Son entourage a pris la décision

de se rabattre sur le Prix Paul de Moussac (Gr3), plutôt que d’insister sur la

distance et d’aller sur le "Jockey Club". Bonne pioche pour ce cheval

au caractère bien trempé qui a fait impression dans la ligne droite. S’il est

bien disposé, il doit jouer un premier rôle. C’est le seul cheval dans ce lot à

avoir gagné en course sur le parcours imposé dimanche.

SOFAST

ET GREGORIAN INSISTENT

Cette

année, Sofast (Rock of Gibraltar) et Gregorian (Clodovil) ont bien couru à

plusieurs reprises, mais sans jamais montrer qu’ils valaient les meilleurs.

Sofast fait le yoyo avec les distances et il a fait partie du lot des

malheureux dans le "Jockey Club". A priori, la victoire est difficile

à viser pour l’un comme pour l’autre, mais une belle place est possible.

HISTOIRE

DE LA COURSE

Créé en

1858, le Prix Jean Prat s’est couru sur 2.000m, 1.850m et 1.800m. Il est passé

sur 1.600m en 2005, quand la distance du "Jockey Club" a été réduite

de trois cents mètres. En 2008, il a enregistré un nombre record de partants :

16. Le temps record de l’épreuve sur 1.600m revient à Turtle Bowl (1’36’’10),

premier vainqueur de la nouvelle version, alors que le record de la piste a été

établi par Spirito Del Vento, en 2007, dans le Prix du Chemin de Fer du Nord

(1’34’’60).