Prix maurice de nieuil (gr2) : tac de boistron a du repondant

Autres informations / 15.07.2012

Prix maurice de nieuil (gr2) : tac de boistron a du repondant

Tac de

Boistron (Take Risks) a remporté son premier Groupe à l’issue du Prix Maurice

de Nieuil (Gr2). Le protégé et représentant d’Alain Lyon s’est imposé au prix

d’un magnifique coup de reins final. Pourtant, rien n’était acquis pour Tac de Boistron,

qui a été très gêné à trois cents mètres du poteau alors qu’il venait le long

du rail. En effet, Vadamar (Dalakhani) lui a fermé la porte au dernier moment

et Christophe Soumillon a dû reprendre sa monture avant de lui donner un ultime

effort. « Lorsque je suis venu en dedans, j’avais mon jour, raconte son jockey.

Mais Vadamar m’a coupé la route. Tac de Boistron ne m’a même pas laissé le

temps de reprendre, il était déjà perdu. À cent cinquante mètres du poteau, il

a fait un truc incroyable, il a changé de jambe et a placé une accélération

impressionnante. » C’est de cette façon que le fils de Take Risks est venu

coiffer Vadamar dans les dernières foulées, en venant entre ce dernier et son

ancien compagnon d’écurie Shahwardi (Lando). Une enquête a toutefois été

ouverte d’office par les commissaires de course, mais celle-ci n’a rien donné.

Tac de Boistron confirme tout le bien qu’on pense de lui dans les courses de

stayers et son accélération finale n’a pas laissé de marbre son entraîneur. «

Je l’ai vu coincé et je ne pensais vraiment pas qu’il pouvait s’en sortir. Mais

Christophe Soumillon a trouvé la solution. C’est un cheval qui a beaucoup de

caractère. C’est pour cette raison que nous avons dû le castrer, ce qui est

bien dommage. Il s’entend très bien avec Christophe, c’est un cheval de terrain

très souple, ce qu’il n’avait pas forcément aujourd’hui. Nous allons attendre

son terrain pour la suite et il aura le choix des engagements. »

VADAMAR

REUSSIT SON EXAMEN

Après

avoir évolué quasiment toute sa carrière sur des distances comprises entre

2.000 et 2.400m, Vadamar s’essayait dans les courses de fond. Dans le sillage

de l’animateur War is War (Galileo), qui s’est accidenté dans la phase finale,

Vadamar a pris facilement l’avantage et s’est courageusement défendu. Il a

réussi son examen de passage chez les stayers, ce que confirme son entraîneur,

Mikel Delzangles. « Vadamar court très bien. Le test est concluant sur cette

distance. Mais il avait déjà montré qu'il pouvait faire ce genre de parcours. Il

a pas mal d'opportunités pour son programme, alors nous verrons bien pour la

suite. » SHAHWARDI CONFIRME

Shahwardi

(Lando) est l’exemple même du cheval sur la montante. Confié à des

gentlemen-riders lors de ses deux premières courses cette année, il a profité

de parcours "gentils" pour peaufiner sa forme. L’objectif était une

Listed à Royal Ascot, dont il a obtenu la deuxième place. Shahwardi a alors

tenté sa chance face aux meilleurs Français sur longue distance et, comme il

aime le faire, il a longtemps attendu avant de placer sa redoutable pointe de

vitesse. Il a lutté avec Vadamar et Tac de Boistron, sans jamais pouvoir les

dominer. Son jockey a alors posé les mains, finissant à une longueur trois

quarts de Vadamar, ce qui ne reflète pas totalement sa performance. Il devance

une Miss Lago (Encosta de Lago) retrouvée, qui a fini avec beaucoup de vitesse.

LA

FAMILLE DE TIKITI DANCER

Tac de

Boistron a fait ses armes dans les gros handicaps, avant de se révéler au

niveau supérieur. Le gris a été élevé par Mme Reverseau et sa mère, Pondiki

(Sicyos), a couru en plat puis en obstacle, sans succès. Ses origines le

prédisposaient à l’autre discipline du galop. C’est en effet une sœur de Tikiti

Dancer (Fabulous Dancer), excellente jument de haies, gagnante du Prix

Cambacérès (Gr1) et génitrice de Katiki (Cadoudal), gagnant du Grand Prix

d’Automne (Gr1). Pondiki a également produit De Boitron (Sassanian), placé de

Groupe 2 en steeple outre-Manche.