Rencontre avec yuga kawada, troisieme meilleur jockey japonais

Autres informations / 25.07.2012

Rencontre avec yuga kawada, troisieme meilleur jockey japonais

Mardi,

sur l’hippodrome du Lion-d’Angers, Yuga Kawada, troisième meilleur jockey

japonais, montait la troisième course du programme pour Joël Boisnard. C’est

avec Dharan Bazar (Poliglote) qu’il se classa troisième du Prix Kaldoun (F).

Âgé de 26 ans, Yuga Kawada compte plus de cinq cents victoires à son actif,

dont trente Groupes et six Grs1. Le 1er août prochain, il repartira pour le

Japon, en espérant revenir dès l’été prochain. Nous l’avons rencontré.

JDG .–

COMMENT SE PASSE VOTRE SEJOUR EN FRANCE ? ET POURQUOI Y ETRE VENU ?

Yuga

Kawada .– Mon agent au Japon, Takaya Kimura [l’agent de Christophe Soumillon,

Ioritz Mendizabal et Olivier Peslier au Japon, ndlr], voulait me faire

découvrir la France, mais surtout, m’y voir gagner. Pour l’instant, je n’ai pas

encore remporté de course, mais l’agent français qui s’occupe de moi, Michel

Chartier, fait le maximum pour que cela arrive. Le matin, je monte un peu chez

Cédric Boutin, et le reste du temps, je suis free-lance. Tout se passe bien et

je suis content d’être venu, même si j’ai eu quelques difficultés au début à me

faire au rythme quotidien des courses françaises. Au Japon, je ne monte que le

week-end. Il n’y a pas de courses en semaine.

QUELLES

DIFFERENCES TROUVEZ-VOUS ENTRE LES COURSES JAPONAISES ET LES FRANÇAISES ?

La

tactique. Au Japon, il n’y pas vraiment de tactique au sens strict du terme.

Les courses d’attente n’existent pas et on avance, c'est tout. En France, les

concurrents se filent pour venir finir au cours des quatre cents derniers

mètres. Je ne suis pas bien habitué à cela. Et puis, il y a le public. Au

Japon, rien que pour une petite réunion, ce ne sont pas moins de 20.000

personnes qui se déplacent. Mais les hippodromes français sont très beaux, ce

qui est très agréable. Monter en France est pour moi une expérience très

intéressante, j’espère revenir l’année prochaine et, surtout, monter sur l’hippodrome

de Longchamp. Je n’aurai malheureusement pas l’occasion d’y monter cette année.

En revanche, j’ai eu la chance de monter sur de très beaux champs de courses,

dont celui de Chantilly, que j’ai trouvé fabuleux !

VOUS

VOUS ETES CLASSE TROISIEME AUJOURD’HUI DANS LE PRIX KALDOUN (F). QUE

PENSEZ-VOUS DE L’HIPPODROME DU LION-D’ANGERS ?

C’est

très joli également. Cela tourne beaucoup, mais le tracé est bien fait et vous

savez, il y a de bien plus petits hippodromes que Le Lion-d’Angers au Japon. Ma

course s’est bien déroulée, Monsieur Boisnard était content de la performance

de son cheval ainsi que de la façon dont je l’ai monté, ce qui est le

principal. Même si j’aurais préféré gagner aujourd’hui, bien sûr. Dans tous les

cas, je compte bien remporter une course avant mon départ !