Clairefontaine annule ses cinq dernieres courses

Autres informations / 06.08.2012

Clairefontaine annule ses cinq dernieres courses

Il est

15 h 50 dans la salle des balances de l’hippodrome de Clairefontaine. La

décision d’annuler les cinq courses restant à courir vient d’être prise. Les

trombes d’eau tombées depuis plusieurs jours, et notamment lundi matin, ont eu

raison de la piste. Plusieurs flaques ont fait leur apparition et rendent les

courses dangereuses, de l’avis de certains professionnels. C’est le cas de

Christophe Soumillon, lequel a expliqué : « Il ne faut pas prendre de risque

inutile. Il reste cinq courses à courir et la plupart ont fait le plein de

partants. S'il n'y avait eu que des courses à cinq, nous aurions pu réduire le

rythme et contrôler. Là, nous sommes trop nombreux, ce qui multiplie les

risques. La décision de ne pas courir est la plus sage, le terrain est trop

dangereux. » Vice-président de France Galop et commissaire au cours de cette

réunion à Clairefontaine, Jean d’Indy a indiqué : « Nous avons pris la décision

d’annuler le reste de la réunion en pensant à la santé des jockeys et des

chevaux. Nous ne voulions pas qu’une chute survienne. Je ne peux pas comparer

Auteuil et l’obstacle avec le plat. À Auteuil, si le terrain avait été le même,

nous aurions certainement annulé aussi. Mais sur la butte Mortemart, ce n’est

pas le même type de sol. » Côté entraîneurs, le débat a été assez vif et animé.

Installé dans le Centre-Est, un entraîneur nous a précisé : « Que fera-t-on

maintenant de ces chevaux qui apprécient les sols souples ? Ils n’auront plus

l’opportunité de courir ? La piste de Clairefontaine est loin d’être la piste

la plus dangereuse de France. C’est très triste d’en arriver à cela. En

obstacle, on court souvent sur ce type de terrain. » Secrétaire générale de la

Société des Courses du Pays d’Auge, Axelle Maitre nous a précisé : « Les

jockeys ont été consultés et entendus par les commissaires de courses, qui ont

pris la décision d'annuler les cinq dernières courses du programme. Les lourdes

averses ont rendu la piste dangereuse et le principe de précaution s'imposait.

Il reste encore sept réunions de galop sur l'hippodrome de Clairefontaine,

alors l'essentiel est de préserver la piste ainsi que la santé des jockeys et

des chevaux. »