Deauville, prix du haras de fresnay-le-buffard–jacques le marois (gr1) : sans frankel et avec soumillon, excelebration s’envole

Autres informations / 12.08.2012

Deauville, prix du haras de fresnay-le-buffard–jacques le marois (gr1) : sans frankel et avec soumillon, excelebration s’envole

C’était

la journée de Christophe Soumillon. Suite à la chute de Ryan Moore dans le Prix

François Boutin (L), le jockey s’est retrouvé associé à Excelebration (Exceed

and Excel) dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard–Jacques le Marois (Gr1).

Et si l’éternel dauphin de Frankel (Galileo) détenait une première chance, son

jockey a également une large part de responsabilité dans le succès de son

partenaire. Christophe Soumillon a monté une course tactique parfaite. Alors

qu’il s’élançait de la stalle 11, il a réussi dans un premier temps à se ranger

derrière Elusive Kate (Elusive Quality), attendant, ainsi que la plupart de ses

collègues, que l’anglaise montre la marche. Un peu plus tard, quand Elusive

Kate s’est rangée contre le rail, il s’est retrouvé quelques mètres nez au

vent. Mais, là aussi, il a trouvé un dos, celui de Cityscape (Selkirk). Au

moment de l’accélération, il avait donc la position idéale, abrité derrière les

deux animateurs. Il a attendu les deux cents derniers mètres pour déboîter

Excelebration, lequel s’est alors défait de ses deux rivaux sûrement. « C'est

dommage pour Ryan Moore. Lorsque l'on m'a annoncé que j'allais monter

Excelebration, je me suis dit que je n'allais pas taper loin, a-t-il confié au

micro du cheval émetteur. Je suis ravi et je tiens à remercier Coolmore et Aidan

O'Brien de m'avoir permis de gagner cette course. Pendant l'épreuve, le jockey

de Cityscape a voulu sortir, du coup je ne me suis pas battu. À trois cents

mètres, j'ai remis Excelebration dans le dos des deux chevaux de tête et

cela lui a donné du moral. Pour finir, il a fait un super effort, démontrant

beaucoup de classe. Sa victoire prouve aussi la qualité de Frankel qui l'avait

devancé dernièrement. »

VERS UN

POSSIBLE DOUBLE DANS LE PRIX DU MOULIN DE LONGCHAMP

On

aurait pu craindre que les combats face à Frankel aient atteint le moral

d’Excelebration. D'autant que lors de leur dernière confrontation, à Royal

Ascot, Excelebration avait peiné pour finir. Le talent de Christophe Soumillon

est aussi d’avoir veillé à donner du moral à son partenaire tout au long de la

course. Puisque Frankel devrait à présent évoluer sur 2.000m, Excelebration va

avoir une voie plus dégagée sur le mile. Son entourage a d’ailleurs déclaré

vouloir à la fois le laisser sur cette distance et l'engager dans le Prix du

Moulin de Longchamp et dans les Queen Elizabteh II Stakes (Grs1). Il est

possible qu’il dispute les  épreuves,

mais l’objectif est d’en remporter une des deux. Excelebration ayant été

victorieux dans le Prix du Moulin de Longchamp, l’an dernier, ce "Jacques

Le Marois" tombé dans son escarcelle représente donc sa deuxième victoire

de Gr1, mais la première pour l’entraînement d’Aidan O’Brien. En effet, l’an

dernier, il était encore chez Marc Botti, n’étant arrivé à Ballydoyle qu’au

printemps dernier, après que Coolmore a acheté une part du cheval en août 2011.

Évidemment, s’il n’avait souvent croisé Frankel sur sa route, il compterait

beaucoup plus de Grs1 à son palmarès. Derrière Excelebration, Cityscape a pris

la deuxième place, après avoir lui aussi bénéficié d’un bon parcours, même s’il

a perdu l’appui du rail en laissant passer Elusive Kate. Roger Charlton a

commenté : « Il n’est jamais aussi à l’aise que sur une piste plate comme

celle-ci. On ne pouvait espérer mieux avant le coup. C’est vraiment un cheval

dur, qui répond toujours présent. Je n’ai pas vraiment de programme établi avec

lui. Tout est possible, et cela dépendra surtout de ce que Frankel va courir !

»

LES

MALHEURS DE MOONLIGHT CLOUD

La

meilleure impression de la course est à mettre au crédit de Moonlight Cloud

(Invincible Spirit). Au moment où les chevaux de tête ont accéléré, la pouliche

s’est fait complètement stopper, prise en sandwich entre Most Improved

(Lawman), incapable de changer de vitesse, et Caspar Netcher (Dutch Art). Elle

est alors passée presque en dernière position, puis elle est revenue conclure

très vite, parvenant au niveau de Caspar Netcher mais ne pouvant se rapprocher

d'Elusive Kate. « Elle a beaucoup de coeur mais n’a vraiment pas eu un parcours

heureux », a commenté Freddy Head. Comme la pouliche revenait sur le mile, la

tactique était logiquement d’attendre. Dans ces conditions, elle était plus

exposée qu’une autre aux aléas de course. Mais sur cette sortie, elle montre

qu’elle peut tenir les 1.600m.

AUX

ORIGINES D’UNE GAGNANTE DE "GUINEES"

Excelebration

est passé deux fois sur le ring, une fois foal où il a été vendu 15.000 € et

une deuxième fois yearling, où Marco Botti s’en est porté acquéreur pour 20.000

€. Rares sont les gagnants de Gr1 qui font ce genre de prix sur les places de

vente, mais il faut dire qu'Excelebration n’a pas un pedigree extraordinaire

sur les deux premières générations. Il est le troisième produit de Sun Shower

(Indian Ridge), une jument qui a couru sous les ordres de Pascal Bary et Alex

Pantall, pour trois places en six sorties publiques. Coolmore a d’ailleurs

acheté la poulinière en octobre dernier, alors qu’elle était stationnée en

Inde. Elle était pleine de Rebuttal, un étalon de Hazara Stud. Le patrimoine

génétique d’Excelebration évolue à partir de sa troisième mère, Sarah Siddons

(Le Levanstell), qui a remporté les Irish 1.000 Guineas et les Yorkshire Oaks

et pris la deuxième place du Prix Vermeille (Grs1). Elle est ensuite devenue la

mère de nombreux chevaux black type.