Juddmonte international stakes (gr1) : frankel plus fort que la distance

Autres informations / 23.08.2012

Juddmonte international stakes (gr1) : frankel plus fort que la distance

La terre

s’est arrêtée de tourner mercredi à 16 h 40. Dans la longue ligne droite finale

de York, ce fut un moment de grâce, celui où un Tom Queally, immobile sur

Frankel (Galileo), a pris l’avantage sur Joseph O’Brien, à grands coups de

serpe sur St Nicholas Abbey (Montjeu), qui n’est pas le premier venu. L’ogre de

Sir Henry Cecil balayait, dans un canter, l’incertitude pesant sur sa capacité

à couvrir le double kilomètre (et 90 mètres). La Terre a repris sa rotation

lorsque le juge à l’arrivée a annoncé l’écart entre Frankel et son dauphin

Farhh (Pivotal) : sept longueurs. On en oublierait presque que ce succès est le

treizième consécutif pour le champion du prince Abdullah. Et sur ce qu’il a

fait ce mercredi devant la foule massive de l’hippodrome de York, on ne peut

s’empêcher de penser qu’il y aurait loin à l’arrivée s’il courait le Qatar Prix

de l’Arc de Triomphe (Gr1) le premier dimanche d’octobre. Frankel nous a offert

une fois de plus un moment merveilleux et ça n’est pas son entraîneur, Sir

Henry Cecil, qui dira le contraire. « C’était magnifique, n’est-ce pas ? C’est

extra pour le public du Yorkshire, ce sont de formidables supporters de course

et ils méritaient d’assister à ça. » Malgré la maladie qui ronge le

professionnel anglais, il s’est senti avoir « vingt ans de moins ». Le champion

lui offre une deuxième jeunesse, un nouveau souffle.

FRANKEL

EST TRANSFORME

Il y a

un an, il aurait été difficile d’imaginer Frankel réaliser un telle

performance. À 3ans, le fils de Galileo jetait tout de suite son feu dans la

bataille et son jockey Tom Queally devait tout tenter pour le canaliser.

Désormais, il joue au passager clandestin, attendant tranquillement son heure,

pour laisser aller la magnifique machine qu’est Frankel. Ce qu’il y a de plus

impressionnant chez ce pur-sang parfait, c’est sa motricité. Quand ses

adversaires sont lancés à pleine vitesse, lui nous laisse l’impression d’être

au galop de chasse, paisible. Ce qui nous conforte dans l’idée qu’il avalerait

les 2.400m de Longchamp avec la même aisance. « Il était relax tout au long du

parcours, a confié son jockey. Il était bien dans le rythme et c’était le plus

important. Aucun de nous n’avait d’inquiétudes sur le parcours, mais nous ne

pouvions pas nous montrer suffisants. » La performance de Frankel devrait lui

conférer un extraordinaire rating, maintenant qu’il évolue sur une distance

allant au-delà du mile. Pris en 140 pour l’instant, il pourrait devenir la plus

haute valeur des courses, devant Dancing Brave, qui a atteint la valeur de 141.

EN ROUTE

VERS L’“ARC” ?

La

grande question désormais est la suite de son programme. Les bookmakers anglais

ont déjà planché sur le sujet et n’excluent pas la possibilité de le voir

courir à Longchamp. Sur le site de Paddypower, il est présenté à 1/3 dans la

plus grande course du monde et à 1/10 dans les Champions Stakes (Gr1) d’Ascot.

FARHH NOUVEAU DAUPHIN DE FRANKEL

Après

Excelebration (Exceed and Excel), Farhh est désormais le dauphin officiel de

Frankel. C’est lui qui a réglé le sprint des premiers battus en devançant d’un

nez St Nicholas Abbey. Six longueurs plus loin, Twice Over (Observatory),

vainqueur de cette épreuve l’année dernière, prenait la quatrième place.