Le haras de bonneval

Autres informations / 14.08.2012

Le haras de bonneval

Au cours

du meeting deauvillais, JDG rend visite à différents haras, avant les ventes de

yearlings Arqana. Notre huitième rendez-vous nous a emmenés au haras de

Bonneval, station des étalons français du prince Aga Khan.

Aux

haras du prince Aga Khan, on élève pour courir et on ne présente des chevaux

aux ventes que lors des vacations d’élevage ou lors de ventes de chevaux à

l’entraînement, dans le but de rationnaliser les nombres de l’effectif. Les

yearlings sont donc tous conservés, mais, le Prince étant actionnaire de la

société Arqana, les ventes d’août représentent pour ses haras un moment capital

de la saison. Le haras de Bonneval a été créé en 1975, mais a véritablement

éclos au début des années 2000, avec l’arrivée de Georges Rimaud à la direction

de l'entité "Aga Khan Studs" en France. Ce haras public a une

vocation différente du haras de Saint-Crespin, réservé aux juments princières.

C’est ici que sont stationnés les deux étalons français Sinndar et Siyouni,

ainsi que les poulinières des clients du haras. « Siyouni a un excellent taux

de fertilité cette année, nous a déclaré Georges Rimaud. Il a été à nouveau

populaire auprès des éleveurs français et très vite complet en début de saison.

» Installé sur 130 hectares de prairie, "Bonneval" est un haras qui a

été pensé pour le confort des chevaux. Une grande cour semi-circulaire

accueille une trentaine de juments, dont les boxes bénéficient d’une large

exposition au soleil. S’il n’y a que deux étalons au haras de Bonneval, un box

vacant, celui du regretté Kahyasi, attend éventuellement l’arrivée d’un nouveau

pensionnaire.

LES

PREMIERS "SEA THE STARS" TRES ATTENDUS

Les Aga

Khan Studs ne vendent pas de yearlings, mais vont suivre avec grand intérêt le

résultat des premiers yearlings de la superstar irlandaise Sea the Stars, qui

est stationné dans son pays d’origine, à Gilltown Stud, aux côtés des autres

étalons du prince Aga Khan, Dalakhani et Azamour. Sept produits du champion de

Christopher Tsui sont présentés aux ventes d’août et font déjà le

"buzz" depuis plusieurs jours à Deauville. Tous passent lors des deux

premiers jours de vente et ont donc été spécialement sélectionnés. Sept

produits de Dalakhani, deux d’Azamour ainsi que deux autres de Sinndar seront

également suivis avec attention.

DOUZE

PRODUITS "AGA KHAN" DANS LA VENTE

Tous les

ans, les souches de l’élevage Aga Khan se dispersent un peu partout dans le

monde. Il est donc logique de les retrouver dans les ventes de yearlings et,

bien qu’elles ne soient plus labélisées "Aga Khan", elles font

toujours un bon effet, comme en témoigne le top price à 1,7 millions d’euros

pour une nièce de Sarafina, en 2011. Cette année, sur les 472 lots proposés à

la vente, douze sont issus de familles princières. Parmi eux, le lot 120, un

fils de Sea the Stars et Alpine Rose, une jument qui a couru au début de sa

carrière sous les couleurs du Prince. Ce poulain retient doublement l’attention

et crée une certaine émulation dans le microcosme des acheteurs présents à

Deauville.

TUPOT

S’OUVRE A L’EXTERIEUR

En plus

des infrastructures d’élevage de Saint-Crespin, Bonneval et Ouilly, l’Aga Khan

a également acquis un haras de préentraînement et de débourrage sur 80 hectares

à Tupot, à 10 minutes d’Ouilly. Ouvert en 1995 du temps de Jean-Luc Lagardère,

une nouvelle piste circulaire de 1.600m en sable fibrée y a été inaugurée en

2010. Jusqu’ici réservé aux chevaux princiers, ce haras s’ouvre désormais aux

chevaux de l’extérieur, pour les propriétaires qui souhaitent confier leurs

chevaux à cette équipe expérimentée pour le débourrage et préentraînement.