Le haras de colleville

Autres informations / 15.08.2012

Le haras de colleville

À

quelques jours du début des ventes d’août Arqana, JDG poursuit son "Tour

des haras" avec le haras de Colleville, station de la révélation 2011

Kendargent

Situé au

coeur du pays d’Auge, le haras de Colleville est l’un des plus récents élevages

ayant éclos en bordure de Deauville. Acheté et intégralement reconstruit par le

propriétaire Guy Pariente, il couvre toutes les vocations de l’élevage, de

l’étalonnage, avec la valeur montante Kendargent, révélation de l’année 2011

avec sa première production, mais aussi les ventes de yearlings. Présent pour

la troisième année consécutive sur le catalogue des ventes d’août Arqana, le

haras de Colleville propose trois lots en 2012, dont deux produits de l’étalon

maison, qui a été syndiqué l’année dernière. « C’est Jean-Pierre Deroubaix qui

m’a convaincu de le syndiquer, explique le propriétaire des lieux. Au début je

préférais le garder, mais il m’a persuadé de l’ouvrir, afin que tout le monde

puisse en profiter. Le partage est essentiel au bon fonctionnement d’un étalon,

alors je le remercie d’avoir insisté. » Depuis sa syndication et la réussite de

sa première production, Kendargent a considérablement changé de rythme. «

Personne ne croyait en notre étalon et cette année, il a sailli 142 juments,

faisant la monte quatre fois par jour très facilement. Il a reçu une jumenterie

bien supérieure à celle qu’il a connue jusqu’ici et sa production a du sang,

surtout chez les femelles. »

UNE

CROISSANCE A GRANDE VITESSE

"Colleville"

est né de la vision démesurée de son propriétaire. Autrefois le site était

quasiment à l’abandon et tout s’est reconstruit très rapidement. « Outre la

qualité des terres, qui sont limoneuses, ce qui m’a particulièrement plu, c’est

que les parcelles étaient naturellement dessinées, et ce, par des haies. Nous

avons acheté le haras en mars 2007 et dès l’été, nous avons accueilli nos

premiers pensionnaires. Tout s’est fait très vite. » La première naissance a eu

lieu en 2008 et désormais, quarante juments stationnent au haras, pour

vingt-cinq poulinages annuels. « Nous avons un objectif de jumenterie de

top-niveau, poursuit Guy Pariente. Près de la moitié de nos poulinières sont

black type, tant en plat qu’en obstacle et nous avons opté pour une politique

de vente. » Sur les trois lots que présente le haras de Colleville, figure le

numéro 60, qui est le propre frère de la championne Restiadargent, double

gagnante de Groupe et troisième des Diamond Jubilee Stakes (Gr1) à Royal Ascot.

DES CROISEMENTS

FRANCO-FRANÇAIS

Au haras

de Colleville, on se concentre avant tout sur la France, tant pour vendre, par

le biais d’Arqana, que pour le choix des étalons. « Nous étudions les pedigrees

et y adaptons le choix des étalons. Nous préférons nous concentrer sur le parc

d’étalons français, qui est vaste et bien meilleur qu’on peut le penser, nous a

expliqué Guillaume Vitse, le premier garçon du haras. Concernant les ventes,

nous ne vendons nos yearlings que chez Arqana. Ceci dit, il peut arriver que l’on

propose des juments pleines de Kendargent à Tattersalls. C’est un étalon dont

le nom commence à résonner outre-Manche. »