Le pari sur les etalons de premiere production

Autres informations / 17.08.2012

Le pari sur les etalons de premiere production

La

nouveauté du catalogue des ventes d’août Arqana en 2012 est la tendance vers

les étalons de première production. Quelques très bons chevaux de course ont

sailli à partir de 2010 comme Sea the Stars, Soldier of Fortune, Naaqoos, Le

Havre ou Mastercraftsman et l’on retrouve leur production, en nombre, sur le

ring d’Arqana. Le marché du yearling étant un marché de spéculation, le mariage

d’une jument à un étalon novice conforte un peu plus cette part de rêve. «

C’est une anticipation sur les succès du lendemain,  explique Éric Hoyeau. Ce sont des chevaux dont

les exploits sur la piste sont encore bien ancrés dans les mémoires et qui

peuvent donc solliciter un certain engouement. » Avec vingt-cinq yearlings, le

sire de Coolmore Mastercraftsman, qui n’a couru qu’une fois en France, à 2ans

(quatrième du Grand Critérium, Gr1), est le plus représenté dans le catalogue

avec la star d’Etreham Elusive City, étalon qui est, lui, confirmé. «

Mastercraftsman est un étalon qui a été très bien reçu par les éleveurs, nous a

indiqué une source de la multinationale irlandaise. Mastercraftsman est un fils

de Danehill Dancer et il est, avec Sea the Stars, l’un des deux chevaux de

grande classe qui a fait son entrée au haras cette année-là. Tout le monde se

souvient de lui comme un cheval très puissant et un excellent marcheur. Il

semble transmettre ces caractéristiques et, surtout, il est au prix très

attractif de 20.000 €, ce qui est quatre fois moins cher que Sea the Stars. »

Côté français, les nouveaux sires sont tout aussi bien représentés, avec

notamment Naaqoos et Soldier of Fortune. Le premier nommé est le troisième plus

important étalon de la vente en termes de quantité avec quatorze produits. Son

prix de 6.000 € la saillie conjugué à un palmarès aussi vivant que qualiteux a

fait son effet chez les éleveurs qui lui ont confié une jumenterie

intéressante. Le second, qui fait la monte au haras du Logis Saint-Germain,

présente douze lots. À 10.000 € la saillie, il est l’un des sires les plus

chers sur le marché français et il a pourtant été très largement utilisé, ce

qui est reflété par le nombre de produits à vendre lors de cette vacation (12).