Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les nouveaux consigners sont bien reçus a deauville

Autres informations / 17.08.2012

Les nouveaux consigners sont bien reçus a deauville

Parmi la

cinquantaine de consigners présents aux ventes d’août Arqana, deux présentent

pour la première fois des yearlings ; le haras de l’Hôtellerie, fraîchement

créé par Jean-Pierre et Guillaume Garçon, et le haras d’Écouves, qui est devenu

depuis l’année dernière un haras commercial.

 

JEAN-PIERRE

GARÇON - HARAS DE L’HOTELLERIE : « SEPT YEARLINGS EN AOUT, C’EST BIEN POUR DES

DEBUTS »

Le haras

de l’hôtellerie, situé dans l’Orne, près de Trun, présente sept yearlings lors

de cette vacation d’août, ce qui est déjà un premier objectif d’atteint. « Pour

des petits jeunes qui débutent, sept yearlings en août, c’est pas mal, nous a

confié Jean-Pierre Garçon. Nous en avons deux qui ont été sélectionnés pour les

premiers jours alors c’est encore mieux. Nous avons une pouliche par Galileo,

qui est l’un de ses deux produits ayant eu droit aux primes propriétaire.

L’autre est une pouliche de Dalakhani et elles ont toutes les deux reçu

beaucoup de visiteurs. » Les "Garçon" père et fils ont monté leur

haras à toute vitesse, entre le mois d’octobre 2011 et le mois de février. Les

premiers yearlings sont arrivés début mars et ils entendent bien couvrir toutes

les ventes de yearlings françaises. « Nous avons déjà des yearlings prévus pour

les ventes d’octobre Arqana et pour septembre à La Teste-de-Buch. Les chevaux

sont lancés, il ne reste plus qu’à les vendre maintenant. » Le haras de

l’Hôtellerie présente ses yearlings dans la grande cour de l’établissement Élie

de Brignac. « C’est une place de choix et les chevaux ne sont pas trop exposés

au soleil, ce qui est bien par ce temps caniculaire. J’espère que nous

garderons cet emplacement pour les prochaines années. »

 

ELIZABETH

DOUMEN - HARAS D’ECOUVES : « JE SUIS TRES AGREABLEMENT SURPRISE PAR LE NOMBRE DE

VISITES POUR LE FRERE DE TOP TRIP »

Présentés

dans la cour T, derrière l’entrée qui fait face à l’hippodrome, les deux

yearlings du haras d’Écouves n’arrêtent pas de sortir de leur box. Un peu

isolés au sein de l’établissement de ventes, les deux yearlings profitent de

l’ombre et du courant d’air frais. « Par ce temps, c’est beaucoup mieux qu’ils

soient ici, explique Élizabeth Doumen. Ils ont eu un petit coup de mou

aujourd’hui car il fait très chaud, mais ils profitent du courant d’air que

nous avons dans le passage. » Le fils d’Elusive City, qui n’est autre que le

frère du bon Top Trip (Dubai Destination), se présente depuis hier et a

sollicité un certain engouement. « Je suis très agréablement surprise par le

nombre de visites, nous a confié Élizabeth Doumen. Il y a eu beaucoup de

professionnels anglo-saxons et certains sont revenus une seconde fois. Je ne

sais pas si c’est bon signe, mais il a l’air de plaire. Il a été emmené en main

dans le rond de détente et il comprend très bien ce qu’on lui fait faire. »

Monsieur et Madame Vasicek (Kenilworth House Stud), ses coéleveurs, sont aussi

venus le voir à Deauville, ce qui traduit l’événement que représente son

passage sur le ring. Quant a la pouliche de zamindar, elle est aussi sortie

très souvent et a reçu la visite de Teddy Grimthorpe, manager de Juddmonte

Farms, où est stationné son père.