14 français ou ex-français engagés dans le melbourne cup

Autres informations / 04.09.2012

14 français ou ex-français engagés dans le melbourne cup

Gagné

ces deux dernières années par des chevaux entraînés en France, le Melbourne Cup

se court cette année le 6 novembre. Les chevaux engagés sont au nombre de 151,

dont 4 qui sont entraînés en France et 10 qui l’ont été, et 9 % des chevaux

engagés ont ou sont donc entraînés en France. Les poids – le Melbourne Cup se

dispute sous la formule handicap – seront déclarés le 18 septembre et les premières

confirmations d’engagements le 9 octobre. La liste complète des chevaux engagés

est disponible ici :

http://www.melbournecup.com/site_media/uploads/emirates-melb-cup-nominations-2012.pdf

Trois

anciens gagnants du "Melbourne" figurent sur la liste. Les deux

français Dunaden (Nicobar) et Américain (Dynaformer), ainsi qu’Efficient

(Zabeel), lauréat de l’épreuve en 2007.

 

L’IMPACT

DU MELBOURNE CUP SUR LE PROGRAMME FRANÇAIS

Bien que

placé début novembre, le Melbourne Cup a un impact direct sur le week-end du

Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et plus particulièrement sur le Qatar Prix du

(Gr1), ainsi que, dans une autre mesure, sur le Prix Royal-Oak (Gr1) disputé

quelques semaines plus tard. La période de quarantaine imposée pour courir en

Australie fait qu’un cheval ne peut être présent le premier dimanche d’octobre

à Longchamp et début novembre à Melbourne. Les victoires d’Américain et Dunaden

ont montré qu’il était possible de préparer ce très gros handicap qu’est le

Melbourne Cup en Europe et plus particulièrement en France. Grâce à

l’allocation qu’il fait miroiter et à la faiblesse des stayers locaux–

l’Australie est le pays du sprint, pas du fond – le Melbourne Cup devient de

plus en plus populaire en Europe. Par contrecoup, il "déshabille"

donc le Prix du Cadran avec lequel il est directement en concurrence. Les

niveaux d’ensemble des Prix du Cadran et Royal-Oak s’en trouvent diminués,

puisque de très bons, voire les meilleurs stayers français et européens,

préfèrent maintenant courir le Melbourne Cup que le "Cadran" et sa

revanche.

 

UN

PARADOXE : DE MOINS EN MOINS D’ENGAGÉS

C’est

assez bizarre, mais le nombre d’engagés dans le Melbourne Cup est en

diminution, alors que l’aura de cette course au niveau international ne cesse

d’augmenter. Malgré le nombre d’étrangers qui baisse au moment des engagements,

on peut penser que le niveau du Melbourne Cup augmente au fil des années, ce

qui décourage les locaux "un peu juste" de souscrire un engagement.