Amarantine, la fille des "marettes" qui n’attend personne

Autres informations / 13.09.2012

Amarantine, la fille des "marettes" qui n’attend personne

Malgré

son numéro 15 dans les stalles, Amarantine (King’s Best) est rapidement venue

se placer en tête. À partir de là, c’en était fini des chances de ses dix-sept

concurrentes. Dans la ligne droite, la représentante de Thierry Storme a placé

un démarrage foudroyant et s’est rapidement mise hors de portée de ses rivales

pour aller s’imposer de cinq longueurs. Amarantine possède de la classe, mais

aussi un côté un peu "bouillant". Son entraîneur, Francis Graffard, a

expliqué après la course : « C’est une pouliche que l’on aime bien à l’écurie.

Elle n’est pas simple et peut se montrer brillante, comme le sont certains

"King’s Best". C’est pour cela qu’on a voulu aller devant, afin

d’éviter les mauvais coups. Elle travaillait bien et l’avenir nous dira

jusqu’où elle peut aller. » Amarantine avait débuté dans le Prix des Marettes

(F) dans lequel elle avait pris la neuvième place. Autre débutante du Prix des

Marettes, Tossoff (Slickly) n’est pas partie aussi vite qu’Amarantine. Elle

partait de la stalle 16 et a tracé son parcours à l’arrière-garde. Son effort

final en retrait n’est pas passé inaperçu. Amarantine a été rachetée 25.000 €

aux ventes d’août en 2011. Cet été, sa propre soeur a été achetée pour 35.000 €

par MAB Agency. No Exit (Exit to Nowhere), la mère d’Amarantine, n’a pas couru.

Mais elle a produit des chevaux qui avancent avec des étalons peu confirmés.

Ainsi, son meilleur produit, le bien connu Howard le Canard, gagnant de Listed,

a pour père Hamas – également père d’un autre cheval connu, Corseurasien. Cette

famille se rattache à celle de Mondrian, lauréat du Derby allemand (Gr1).