La championne golden lilac tire sa reverence

Autres informations / 20.09.2012

La championne golden lilac tire sa reverence

 « Golden Lilac va arrêter sa carrière.

Malheureusement, elle est encore malade et ne courra plus », a lâché André

Fabre, entraîneur de la pouliche, dans la presse britannique. Golden Lilac

(Galileo) arrête donc sa carrière sur sa contre-performance dans le Prix

Jacques Le Marois-Haras de Fresnay-le-Buffard (Gr1). La championne du Gestu¨t

Ammerland a réalisé le doublé Poule d’Essai des Pouliches-Prix de

Diane-Longines (Grs1), en pouliche d’exception. Elle n’a d’ailleurs perdu son

invincibilité qu’à Deauville, dans le Prix Guillaume d’Ornano (Gr2). Malade au

cours du second semestre 2011, elle n’avait en effet pas fait sa valeur dans ce

"Guillaume d’Ornano", tout en concluant troisième. Absente ensuite,

elle est revenue au top-niveau pour sa rentrée, dans le Prix d’Ispahan (Gr1),

dans lequel elle a dominé Cirrus des Aigles (Even Top). Son entourage avait

alors préféré lui laissé tout son temps pour qu’elle revienne au sommet. En

revanche, après ce Prix d’Ispahan, Golden Lilac a alterné le bon et le moins

bon. Deuxième du Prix Rothschild (Gr1), on attendait mieux de sa part dans le

"Jacques Le Marois". En début de saison, elle était également

envisagée dans l'“Arc”. Mais c’est finalement Ammerland qu’elle va rejoindre

pour y devenir poulinière. Ce 18 septembre, elle est d’ailleurs annoncée en

"sortie en vue d’exportation" sur le site de France Galop. Elle va

donc quitter la compétition avec trois succès de Grs1 et le titre de meilleure

pouliche de sa promotion. Sur les pas de sa mère, Grey Lilas (Danehill), qui

défendait les mêmes couleurs, elle a fait mieux qu’elle dans les classiques.

Grey Lilas avait terminé deuxième de la "Poule" et troisième du

"Diane". Propriétaire du Gestu¨t Ammerland, Dietrich von Boetticher

s’était lancé dans la comparaison entre les deux, lorsque nous l’avions

interviewé, après le "Diane" 2011 : « Golden Lilac est une pouliche

très, très charmante. Élisabeth Fabre, qui est très bon juge, m’a dit un jour :

« Son caractère… C’est le meilleur que l’on puisse souhaiter pour un cheval de

course. » Sa mère, Grey Lilas, a un très fort caractère. Au haras, elle ne

laisse personne la contrôler. Elle a un caractère de mâle. Golden Lilac est

plus féminine, plus élégante. » À Golden Lilac, maintenant, de poursuivre le

succès de la lignée allemande.