Le new-york times denonce l’abus des prescriptions veterinaires aux etats-unis

Autres informations / 24.09.2012

Le new-york times denonce l’abus des prescriptions veterinaires aux etats-unis

Le New

York Times s’est lancé sur une série ayant pour thème les "points noirs de

l’industrie des courses". Ils se sont concentrés dernièrement sur l’abus

des prescriptions vétérinaires. L’article insiste sur les vétérinaires qui

laissent les entraîneurs faire eux-mêmes les prescriptions. Ces vétérinaires

ont aussi un puissant pouvoir financier et exercent la double fonction de

docteurs et pharmaciens, souligne le New York Times. Plus ils prescrivent de

produits, plus ils gagnent d’argent. Le quotidien américain s’appuie sur un

tableau comparatif entre le prix des produits en pharmacie et celui appliqué en

moyenne par les vétérinaires. Utilisé pour les problèmes respiratoires, le

clenbuterol peut être vendu entre 200 et 230 $. Les vétérinaires américains le

prescrivent en moyenne à 270 $. Outre le clenbuterol, l’article aborde aussi le

cas de l’oxymétazoline, utilisé pour traiter le rhume, en signalant que

trente-six des trente-huit chevaux ayant utilisé cette médication, ont conclu

premier ou deuxième en Pennsylvanie et à New-York lors des courses de

trotteurs. L’article fait le comparatif avec Hongkong et avec l’Europe, où les

courses sont sérieusement contrôlées. Il souligne aussi que de puissants

groupes de vétérinaires, propriétaires, éleveurs et entraîneurs essaient de

faire changer les mentalités. Sans réel succès pour le moment.