Prix joubert (l) : piracicaba se plait a saint-cloud

Autres informations / 17.09.2012

Prix joubert (l) : piracicaba se plait a saint-cloud

Bien que

labélisé Listed, le Prix Joubert (L) édition 2012 avait des allures de Groupe,

avec quelques pouliches qui se sont déjà bien exprimées au niveau supérieur et

descendaient de catégorie dans le but de décrocher du black type. Si les

pouliches qui ont bien couru au niveau Groupe ont bien lutté pour finir, c’est

Piracicaba (Dansili), une pouliche qui s’essayait pour la deuxième fois à ce

niveau, qui s’est imposée, faisant parler son aptitude aux pistes légères. La

pouliche d’Alain de Royer Dupré est sortie très vite de sa stalle et a pu

bénéficier d’un très bon parcours dans le dos de l’animatrice Nobilis (Rock of

Gibraltar). Dans la ligne droite finale, Piracicaba s’est remarquablement

défendue et a démontré sa grande tenue, qu’elle tient de sa famille maternelle,

celle du regretté Monsun. « La victoire de Piracicaba n’est pas une surprise,

confie son entraîneur. Elle s’était déjà très bien comportée sur cette piste.

C’est une pouliche qui a surtout besoin de terrain léger, c’est son principal

problème. Elle n’a pas appréciée la P.S.F. de Deauville en dernier lieu et

encore moins le terrain haché de Vichy, la fois précédente. Son numéro à

l’intérieur a été un avantage aujourd’hui. C’est une jument qui tient la

distance, ce qui lui a permis de résister pour finir. Étant donné qu’elle

n’aime que les pistes fermes, il est possible que ce soit sa dernière course

cette année, à moins que la pluie se fasse encore attendre. » Piracicaba s’est

remarquablement défendue pour résister assez sûrement à Pearls or Passion

(Monsun). Troisième, l’attentiste Grace of Dubai (Dubai Destination)  a refait le champ de course pour monter sur

le podium, aux dépens de l’animatrice Nobilis.

PEARLS

OR PASSION, UNE POULICHE D’AVENIR

Malgré

son numéro le plus à l’extérieur, Pearls or Passion a pu voyager parmi les

pouliches en tête de l’épreuve. Mais la partenaire de François-Xavier Bertras a

fait les grands extérieurs, la plupart du temps nez au vent, ce qui n’a pas

facilité sa tâche. Pourtant, la représentante du haras de Saint-Pair a

parfaitement tenu son rang et a lutté tout au long de la phase finale pour

s’octroyer la deuxième place. Andreas Putsch, son éleveur et propriétaire, nous

a confié à son sujet : « C’est une bonne pouliche, issue d’une famille très

tardive, alors je suis très satisfait par sa performance. Elle a un peu fait

l’accordéon dans le parcours, allant par à-coups, mais a très bien lutté pour

finir. Elle fera certainement une très bonne 4ans. Il n’est pas impossible que

ce soit sa dernière course cette année, nous en déciderons avec son entraîneur.

» Pearls or Passion restait sur une deuxième place dans une course D à Vichy et

tentait sa chance pour la première fois à ce niveau. Il s’agit d’une fille de

Pearly Shells (Efisio), qui n’a débuté qu’à 3ans et qui a remporté cinq courses

consécutives, dont une consécration dans le Prix Vermeille (Gr1) lors de sa

dernière sortie.

GRACE OF

DUBAI REFAIT LE CHAMP DE COURSE

Avec son

numéro 12 à la corde, Grace of Dubai a préféré attendre son heure en queue de

peloton. La représentante d’Olivier Carli s’est laissée emmener par ses

adversaires et a mis le clignotant une fois entrée dans la dernière ligne

droite. La fille de Dubai Destination a alors refait un terrain considérable

pour passer des derniers aux premiers rangs. « C’est une pouliche très froide,

confie son entraîneur Mikel Delzangles. Elle a fait une très bonne ligne

droite, dans un lot assez relevé pour une Listed. »

UNE

NIECE DE MONSUN

Achetée

120.000 € par Philippe Jousset aux ventes d’août Arqana en 2010, Piracicaba

détient l’un des plus importants pedigrees allemands. Sa mère, Montaria

(Dashing Blade), est une soeur du champion sur la piste et au haras Monsun,

vainqueur de trois Grs1 dans son pays d’origine et père de nombreux champions

comme Stacelita, lauréate du Prix de Diane (Gr1) notamment. Ce sont les

origines maternelles de Piracicaba qui lui ont donné cette tenue et celles de

son père, Dansili, son aptitude au terrain léger.