Prix rheingold (b) : un moteur qui sort de l’ordinaire pour lil’wing

Autres informations / 28.09.2012

Prix rheingold (b) : un moteur qui sort de l’ordinaire pour lil’wing

 « Elle possède un gros moteur », résume Christophe

Soumillon à sa descente de cheval. Sa partenaire, Lil’Wing (Galileo), vient de

survoler le Prix Rheingold (B), réduisant ses opposants au rang de

faire-valoir. Ce n’était que la deuxième sortie de cette pouliche

"bleue" qui avait gagné en débutant au Lion-d’Angers par sept

longueurs, sur 2.600m. Placée à l’arrière-garde dans cette course B rythmée qui

a été animée par le Germanique Salvaro (Doyen), Lil’Wing s’est décalée et est

venue sur les autres à partir de l’entrée de la ligne droite. En une centaine

de mètres, elle s’est retrouvée sur la ligne de tête, ce qui est la marque des

bons chevaux, comme l’expliquait Alain de Royer Dupré, son entraîneur : «

Lil’Wing est une pouliche encore immature. On voit d’ailleurs qu’en partant

elle a un peu de mal à s’équilibrer. Ce qui est intéressant, c’est qu’elle fait

ce que font les bons chevaux. En quelques foulées, alors qu’elle était loin,

elle s’est retrouvée devant. C’est une pouliche qu’on estime beaucoup et il

faut lui laisser le temps, en perspective d’une carrière à 4ans. L’idée,

peut-être, est de courir le Prix de Flore, qui se dispute sur la même distance,

ici, à Saint-Cloud. Mais, la condition est d’avoir du terrain encore plus

souple et qu’on puisse lui donner plus de travail. Cela à condition d’avoir des

pistes bien souples le matin. » Il faut se souvenir de Lil’Wing qui a gagné ici

comme une pouliche de Groupe. À l’évidence, elle possède le moteur pour aller

très loin l’an prochain.

LA

GRANDE FAMILLE "L" DES "BLEUS"

La

troisième mère de Lil’Wing est Lupe (Primera), qui est à l’origine de la très

belle branche "L" des Wildenstein. Elle a produit plusieurs black

type dont Louveterie (Nureyev), deuxième du "Saint-Alary" et du

"Diane" (Grs1) et deuxième mère de Lil’Wing. Louve (Irish River), la

mère de Lil’Wing, a gagné le Prix de Flore (Gr3) et s’est classée quatrième du

Prix de Diane (Gr1). Elle a produit notamment Loup Breton (Anabaa), gagnant du

Prix d’Harcourt (Gr2) et placé de Gr1.