Qatar prix vermeille (gr1) : shareta sur une autre planete

Autres informations / 16.09.2012

Qatar prix vermeille (gr1) : shareta sur une autre planete

En 2012,

Shareta (Sinndar) est entrée dans une autre dimension. Sa victoire dans les

Yorkshire Oaks (Gr1) au mois d’août l’a transcendée et elle s’est offert un

deuxième Gr1 avec ce Qatar Prix Vermeille (Gr1). Comme en Angleterre, Shareta

est très bien partie et s’est rapidement installée parmi les animatrices.

Relayée par Sydarra (Sinndar), le lièvre des représentantes de l’écurie

Wertheimer & Frère, elle a bénéficié d’un très bon parcours, mais surtout

d’une course rythmée, comme elle les aime. En entrant dans la dernière ligne

droite, Christophe Lemaire lui a demandé son effort assez tôt. Ses adversaires

ont tardé à réagir et la pouliche princière avait alors pris quelques longueurs

d’avance. Laissant aller sa grande action, Shareta n’a jamais pu être rejointe

et s’est finalement imposée en roue libre, sans que son jockey n’ait à lui

demander de puiser dans ses ressources. « Avec elle, le but du jeu est

d'émousser la pointe de vitesse des autres, a expliqué son jockey. C'était déjà

ce qui s'était passé dans l'“Arc” l'an dernier. Aujourd'hui, elle avait son

terrain et ne demandait qu'à galoper, mais j'ai tout de même été étonné par sa

réaction quand je lui ai mis une claque, accélérant très fort. Souvent, les

grands chevaux avec beaucoup d'action, comme elle, sont meilleurs à 4ans, quand

ils ont pris la force nécessaire pour emmener leur grande carcasse. C'est

exactement son cas. » Shareta a beaucoup évolué de 3 à 4ans, la preuve, c’est

seulement cette année qu’elle a remporté ses premiers titres de prestige. « Je

n’espérais pas autant de train, nous a confié Alain de Royer Dupré, c’était

parfait pour elle. Elle a fait parler sa tenue. Son jockey a démarré tôt et

comme elle tient comme un cric, personne n’a pu revenir. » Shareta a finalement

passé le poteau avec deux longueurs d’avance sur Pirika (Monsun), qui est

revenue très vite des derniers rangs, tandis que Solemia (Poliglote), placée

dans le proche sillage des animatrices, a fait un bon effort pour conserver la

troisième place.

DE BON

AUGURE POUR L'“ARC”

Deuxième

du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), la Shareta version 2012 semble avoir

les moyens d’obtenir un meilleur classement cette année. La fille de Sinndar a

atteint la plénitude de ses moyens, ce qu’a expliqué le prince Aga Khan : « Shareta

est devenue une pouliche mature et désormais elle sait se servir de sa force.

C’est une jument très dure qui a toujours besoin de courses rythmées. Elle est

à son meilleur niveau actuellement et c’est de bon augure à trois semaines de

l'“Arc”. Elle s’était déjà très bien comportée l’année dernière, mais l'“Arc”

est une course particulière et très difficile. »

LA

POINTE DE VITESSE DE PIRIKA ET YELLOW AND GREEN

Derrière

la lauréate, deux pouliches ont laissé une remarquable impression visuelle dans

la ligne droite finale: Pirika et yellow and Green, deux filles du regretté

Monsun. La première nommée a refait beaucoup de terrain sur la gagnante, mais

était trop loin dans le parcours pour l’inquiéter. Quand Pierre-Charles Boudot

lui a demandé son effort, elle a avalé ses rivales. « C’est une jument qui a

toujours montré de la qualité, a dit Patrick Barbe, le porte parole de la

famille Yoshida. C’est une pouliche qui a besoin de rythme et qui n’a pas

toujours été servie en France. Aujourd’hui c’était le cas, elle est venue par

l’extérieur et a résisté jusqu’au bout à Solemia. Elle s’est vraiment bien

battue. » La famille Yoshida était aussi représentée par Salomina (Lomitas),

une pouliche allemande invaincue, qui restait sur un succès dans le Preis der

Diana (Gr1). Parmi les premières, elle n’a pu accélérer pour finir et a sombré

dans la ligne droite. « C’est une petite déception, elle a fait illusion

jusqu’au pavillon et a ensuite pêché par manque d’expérience. » Le rush final

de Yellow and Green n’est pas non plus passé inaperçu. Dernière tout au long de

l’épreuve, elle a comblé un terrain considérable pour s’octroyer la quatrième

place, devant Galikova (Galileo). « C'est la première 3ans à l'arrivée de la

course, a commenté Nicolas Clément. Nous aurions préféré une course encore plus

sélective, mais on avait prévu d'attendre, c'étaient les ordres. La ligne

droite qu'elle a effectuée est loin d'être déshonorante. Maintenant “Arc” ou

pas “Arc”, nous allons voir avec ses propriétaires, suivant sa récupération. »

LA

DECEPTION DE GALIKOVA

Favorite

de l’épreuve et tenante du titre, Galikova s’est contentée de la cinquième

place. La 4ans de l’écurie Wertheimer & Frère, n’a pu suivre le mouvement

dans la phase finale, mais s’est montrée courageuse pour conserver son accessit.

« Elle a du mal à réaccélérer, analyse Freddy Head. Je suis un peu déçu de sa

course. Nous verrons avec ses propriétaires pour l'“Arc”, mais ça n’est plus

une priorité. »

DE LA

FAMILLE DE SHAWANDA

Shareta

fait partie de l’une des plus belles familles de l’élevage du prince Aga Khan :

elle est née de l’étalon maison Sinndar (Grand Lodge) et de Shawara (Barathea),

une gagnante du Prix de Lieurey (Listed à l’époque) sur le mile. Comme premier

produit, Shawara avait donné Shazand (Daylami), troisième de Listed sur 3.000m

et gagnant de  “B” sur 2.400m à 3ans,

avant d’être vendu outre-Manche pour l’obstacle. Le croisement de Shareta est

une reproduction proche de celui de Shawanda, la soeur de Shawara. Shawanda

était une vraie championne, très facile lauréate des Irish Oaks, puis du Prix

Vermeille (Grs1). Elle a été vendue à l’amiable à l’écurie Godolphin mais n’a

plus jamais revu la piste. Elle a donné un premier produit en 2008, Genius

Beast (Kingmambo), qui a remporté un Derby Trial (Gr3) sur la piste de Sandown

fin avril, tandis que son frère Encke (Kingmambo) a remporté le St Leger (Gr1)

de Doncaster ce samedi.