Ascot (gb), qipco champion stakes : apotheose pour frankel avec un cirrus des aigles heroïque

Autres informations / 20.10.2012

Ascot (gb), qipco champion stakes : apotheose pour frankel avec un cirrus des aigles heroïque

Les

grands champions comme Frankel (Galileo) ont besoin d’adversaires à leur taille

et Cirrus des Aigles (Even Top) a été celui qu’il fallait pour hausser la

performance du crack anglais dans les Qipco Champion Stakes (Gr1). Intouchable,

le champion entraîné par Sir Henry Cecil l’a été, mais le cheval français s’est

défendu vaillamment et il est venu là où beaucoup de chevaux britanniques

n’osaient plus venir. Sur cette victoire, Frankel quitte la scène des courses,

riche de quatorze victoires en autant de sorties. Il va maintenant devenir

étalon. Pour une fois, Frankel n’a pas gagné de loin, mais sa domination était

affichée à l’entrée de la ligne droite. Le meilleur cheval du monde a justifié

sa réputation face à un nouvel adversaire, cette fois à sa taille. L’entourage

de Cirrus des Aigles a su relever le défi avec panache pour venir défendre son

titre, après un été tourmenté. Le cheval français a été à la hauteur et chacun

de ses succès va nous rappeler que le seul cheval qui soit venu en terrain

lourd lui reprendre l’avantage s’appelle Frankel. « Après avoir vu cela, on

peut mourir tranquille, le plus tard possible, mais on peut… » Transposées à la

démonstration du crack Frankel dans les Champion Stakes, les paroles de Thierry

Roland, prononcées juste après la victoire de la France en Coupe du Monde de

football, conviennent parfaitement. Admirer Frankel est une chance, un cadeau

de la vie qu’il faut savoir apprécier à sa juste mesure. Ce que le public a su

faire. Il n’y avait qu’à entendre les applaudissements au passage de Frankel

devant les tribunes pour le défilé et, plus impressionnants encore, ceux qui

ont suivi le retour du crack dans le winner enclosure. De quoi donner des

frissons à n’importe quel turfiste blasé. Quatorze courses, quatorze victoires,

huit Grs1 et des dauphins qui ont ensuite prouvé leur domination, comme

Excelebration (Exceed and Excel), vainqueur des Queen Elizabeth II Stakes

(Gr1). À cheval exceptionnel, bilan exceptionnel. Pourtant, ce samedi, Frankel

avait beaucoup à perdre sur un terrain décrit comme très souple à lourd.

D’autant qu’il affrontait le champion français Cirrus des Aigles (Even Top),

lequel avait l’appui du terrain. Mais il n’a pas été réellement inquiété.

L’assouplissement de la piste a fait que la marge entre Frankel et

"Fighting Cirrus" n’a pas été très impressionnante. Reste que le fils

de Galileo a dominé de la tête et des épaules. Même s’il n’a pas pris un très

bon départ. Frankel a en effet marqué un temps d’arrêt à la sortie des stalles.

Son leader, Bullet Train (Sadler’s Wells), ne s’est pas précipité en tête, sans

doute pour éviter de rendre la course trop sélective, sur une piste assouplie.

C’est donc Cirrus des Aigles qui a dirigé les débats. À l’entrée de la ligne

droite, il a pris trois longueurs d’avance. Son jockey, Olivier Peslier,

avouera à son retour : « J’y ai cru. » Frankel est cependant arrivé dans un canter

à mi-ligne droite. Certes, il ne s’est pas détaché, comme il l’aurait fait en

bon terrain. Mais il a gagné très facilement, sans puiser dans ses ressources.

Derrière lui, Cirrus des Aigles a été un superbe dauphin, laissant un cheval de

la valeur de Nathaniel (Galileo) à plus de deux longueurs. Pour la course de

l’année, l’arrivée a été limpide et logique. Le rating de ces Champion Stakes

2012 devrait donc en faire la meilleure épreuve européenne.

SIR

HENRY CECIL : « JE SERAIS SURPRIS DE VOIR UN MEILLEUR CHEVAL QUE FRANKEL »

La

boucle est bouclée. C’est à Ascot que Frankel avait réalisé sa première

démonstration, dans les Royal Lodge Stakes (Gr2). C’est sur l’hippodrome de la

banlieue londonienne qu’il a achevé son épopée. Sir Henry Cecil, auquel Frankel

a apporté du réconfort durant sa maladie, était ému après les Champion Stakes,

déclarant : « Il n’a pas vraiment apprécié le terrain très souple, mais il

était très relax. C’est le meilleur cheval que j’aie entraîné. C’est le

meilleur que j’aie vu en piste. Je serais surpris d’en voir un meilleur. »

Fidèle jockey de Frankel, bien que décrié parfois, Tom Queally a déclaré, avec

une pointe d’humour : « Sa victoire est dans la lignée de ses plus beaux

succès. Il a tellement donné, pour tant de gens, c’est une histoire incroyable.

Il ne peut rien faire de plus maintenant, hormis sauter comme Félix

Baumgartner. »

LORD

Teddy GRIMTHORPE : « IL NOUS A DONNÉ TROIS ANNÉES SENSATIONNELLES »

Manager

du Prince Khalid Abdullah, propriétaire-éleveur de Frankel, Lord Teddy

Grimthorpe a confié : « Le Prince Khalid Abdullah a dit qu’il avait couru sa

dernière course et je pense que c’est la bonne décision. Il nous a donné trois

années sensationnelles. Il a été un champion à 2, 3 et 4ans. Il a toujours eu

la course sous contrôle, en dépit du terrain lourd. Frankel a eu un rôle

important pour notre sport, car il a sauté toutes les barrières pour atteindre

le coeur des gens. »

CIRRUS

DES AIGLES, UN CHAMPION COMME DAUPHIN DU CRACK

Tenant

du titre de ce Gr1, Cirrus des Aigles a fourni une performance de haut vol.

Dans l’ombre des cracks, il y a souvent des champions et c’est le cas de

"Fighting Cirrus", qui est tombé sur un cheval comme on en voit tous

les cinquante ans. Sa défaite n’a donc rien de déshonorant, comme nous l’a

rappelé Corine Barande-Barbe, entraîneur de Cirrus des Aigles : « J’ai entendu

que le public anglais était inquiet du fait que nous puissions battre Frankel.

J’ai pensé qu’il pouvait gagner, mais Frankel est le meilleur. Il n’y a aucune

honte à être battu par Frankel. Dès qu’il prendra sa retraite, Cirrus sera le

meilleur cheval du monde. Je regrette que la course n’ait pas été plus

sélective, avec un leader qui n’a pas joué son rôle à fond. Je suis contente

car il court très bien, malgré une course pas assez sélective. Maintenant,

c’est le cheval qui va décider vers quelles courses il va aller. Ce sera

certainement en Asie, il y a la possibilité d’aller à Tokyo pour le Japan Cup

(Gr1) mais on ira plutôt à Hongkong. »

NATHANIEL,

FUTUR ÉTALON DE NEWSELLS PARK STUD

Troisième

avec Nathaniel, John Gosden a dû courir ces Champion Stakes plutôt que le Qatar

Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), du fait d’une poussée de fièvre. Son protégé a

conclu à sa place néanmoins. Mais qu’importe pour le professionnel anglais, qui

a expliqué : « Je suis satisfait du résultat. Je pense que c’est ce que tout le

monde voulait. J’ai adoré l’accélération de Frankel. Dans les quatre cents

derniers mètres, on a eu une course, une vraie. Frankel, quel cheval

fantastique ! Quant à Nathaniel, il fait tout, bon terrain, terrain souple,

2.000m comme 2.400m. Il a fait une grande course, qui ponctue une superbe

saison. C’est un cheval très intelligent, un vrai cheval de course. » John

Gosden a également indiqué que la carrière de Nathaniel s’arrêtait sur cette

performance : « Il va maintenant devenir étalon Newsells Park Stud. »