L’histoire du record de gerard augustin-normand

Autres informations / 22.10.2012

L’histoire du record de gerard augustin-normand

par Guy

THIBAULT, historien des courses

Samedi,

au Croisé-Laroche, Gérard Augustin-Normand a obtenu, comme propriétaire, sa

centième victoire de l’année grâce à Prince of Rules, entraîné par Carlos

Lerner et monté par Norbert Jeanpiere. Descendant d’une famille havraise

réputée dans la construction navale, Gérard Augustin-Normand (né en 1951)

connaît depuis environ un demi-siècle les courses auxquelles il a été initié

par un grand-père président des courses de La Roche-Posay. Fortune faite dans

la finance, il est devenu acheteur de yearlings en 2007 et a gagné aussitôt le

gros lot, atteignant la lune avec Le Havre, l’un des trois poulains acquis dès

la première année, lauréat du Prix du Jockey Club en 2009. Avec les cent victoires

obtenues en France, en plat, à la date du 20 octobre 2012 par les chevaux

portant ses couleurs (casaque blanche, toque violette), il améliore le record

qu’il avait établi l’année dernière (98 victoires), le meilleur score

enregistré au XXe siècle et depuis l'entrée dans le nouveau siècle. L’année

n’étant pas terminée, il se pourrait que Gérard Augustin-Normand puisse battre

le record de France (en plat) détenu depuis le XIXe siècle par « la Grande »

constituée de l’association du comte Frédéric de Lagrange (1815-1883) et du

baron Léon Nivière (1834-1922) dont les chevaux avaient remporté 118 victoires

en 18611. Bref rappel des approches du record entre 1861 et 2012. Outil

indispensable, La Chronique du Turf (1874-1968) fournit des statistiques, mais

n’indique le nombre de victoires qu’à partir de 1913. Pour les années

antérieures, il faut se reporter au journal Le Sport qui les publie par

intermittence. Entre les deux guerres mondiales, le meilleur score appartient,

avec 70 victoires en 1920, au diamantaire d’origine arménienne Atanik Eknayan

(1847-1925). Déjà champion des propriétaires l’année précédente (49 victoires),

il accède au podium grâce à la quantité. « N’y connaissant rien, il est, de son

propre aveu, obligé d’acheter tout pour avoir un peu de bon2. » Huit fois

champion des propriétaires au cours de cette période, le baron Édouard de

Rothschild (1868-1949), à la fois banquier et grand connaisseur, frôlera ce

record à deux reprises avec 68 victoires en 1936 et 1938. Après la Seconde

Guerre mondiale, c’est le marchand d’art Daniel Wildenstein (1917-2001) huit

fois champion des propriétaires, qui améliore le score d’Eknayan, en 1973, avec

82 victoires. Mais, peu après, ce score est dépassé en 1979, avec les 97

victoires obtenues par le prince Karim Aga Khan (né en 1936), quatorze fois

champion des propriétaires entre 1960 et 2011. Score effleuré par le cheikh

Mohammed Al Maktoum (né en 1949, six fois champion des propriétaires en France)

avec 96 victoires en 1992, enfin amélioré de très peu en 2011 par Gérard

Augustin-Normand, avec 98 victoires. Au terme de l’année 1988, dans le Guinness

Book (Horse Racing) de Tony Morris et John Randall, le record des victoires

annuelles d’un propriétaire en Amérique du Nord appartenait à Dan R. Laster,

avec 494 courses gagnées aux U.S.A. en 1974. En Grande-Bretagne, il était

détenu par le cheikh Mohammed Al Maktoum, avec 126 courses gagnées en 1987.

Faire courir des chevaux est une aventure. « Il faut espérer la victoire et

accepter la défaite3 » reconnaît humblement Gérard Augustin-Normand qui précise

: « Je sais ce que cela représente en termes de travail, de sacrifice et de

passion4. »