Prix carmarthen (gr3) : saint du chenet monte en puissance

Autres informations / 15.10.2012

Prix carmarthen (gr3) : saint du chenet monte en puissance

Saint du

Chênet (Poliglote) n’est pas le cheval le plus régulier que l’on connaisse,

mais lorsqu’il trouve des conditions favorables, il est capable de grandes

performances. Dans le Prix Carmarthen (Gr3), dernière préparatoire au Grand

Prix d’Automne (Gr1), il a trouvé un terrain au-delà du lourd qu’il apprécie.

Monté juste derrière les animateurs par Régis Schmidlin, le pensionnaire de

Marcel Rolland a contenu le bon retour de Top Ling (Ballingarry), longtemps

pointée en dernière position et qui réalise une grande performance sur un

terrain qui, a contrario, ne l’a pas spécialement avantagée. Saint du Chênet

présente la particularité d’avoir gagné un Gr1 en steeple, à l’occasion du Prix

Ferdinand Dufaure, mais il est également très performant en haies. Marcel

Rolland nous a confié : « Sa rentrée dans le Prix de Compiègne n’était pas

mauvaise du tout, même s’il n’est que sixième. Ce jour-là, il était plus pris

de vitesse que battu, sur un terrain trop rapide pour ses aptitudes. Il était

monté en condition sur cette course et, évidemment, le terrain l’a servi. On va

aller sur le Grand Prix d’Automne, où l’allongement de la distance ne va pas le

déranger, et en espérant qu’il n’y ait pas trop d’Anglais au départ ! Il n’est

pas impossible que, l’an prochain, on le revoie en steeple. Il nous avait fait

une blague sur le steeple au printemps, et c’est pour cette raison qu’on l’a

dirigé sur les haies. »

TOP LING

POURRAIT RETOURNER A ENGHIEN

Top Ling

venait de remporter un quinté à Enghien, et la jument d’Isabelle Nicot s’est

remarquablement comportée à ce niveau. Son entourage nous a expliqué : « Nous

sommes très contents de sa course. Même si ce terrain particulièrement lourd ne

l'a pas forcément avantagée et qu'elle n'était pas très à l'aise dans ses

sauts, faisant beaucoup d'efforts là ou d'autres en font moins, elle fait une

super performance. Dans un terrain moins collant, elle aurait été sans doute

plus à l'aise. Quoiqu'il en soit, à priori, la Grande Course de Haies d'Enghien

reste envisageable. Quant à l'arrêt de sa carrière de course en fin d'année

pour partir au haras, rien n'est encore décidé. »

TARABEL,

MEILLEURE 5ANS DE LA COURSE

Tarabel

(Antarctique), l’une des quatre 5ans de l’épreuve, n’avait qu’une course en

plat dans les jambes avant cette sortie. La performance de la pensionnaire de

Marie-Laetitia Mortier, qui faisait déjà partie des meilleurs hurdlers au

premier semestre, est donc de bon augure pour la suite de sa carrière. Marc

Lamazou-Laresse, qui lui était associé, a expliqué : « Elle est encore tendre,

mais elle court très bien. Ses deux petites fautes dans la ligne d'en face me

coûtent sûrement la deuxième place. Mais c'est une jument d'avenir. Elle n'a

que 5ans, a besoin de s'endurcir et je pense que l'année prochaine elle sera en

mesure de battre ces chevaux-là. »

LA

SUPERBE FAMILLE DES BESNOUIN

Nous

avons maintes fois commenté le pedigree de Saint du Chênet, après ses victoires

mais aussi après celles de ses soeurs, Ma Royale (Garde Royale) et Tanaïs du

Chênet (Poliglote), gagnante du Prix Cambacérès (Gr1). C’est en effet un fils

de Tchela (Le Nain Jaune), qui a aussi apporté aux Besnouin, les éleveurs de

cette fructueuse fratrie, les excellents Galant Moss (Tip Moss), Jocelin

(Épervier Bleu) et Orthence (Épervier Bleu).