Prix georges de talhouët-roy (gr2) : la durete d’extreme cara fait merveille

Autres informations / 15.10.2012

Prix georges de talhouët-roy (gr2) : la durete d’extreme cara fait merveille

 « C’est un poulain de fer ! » Guy Cherel

souligne la dureté de son pensionnaire, Extrême Cara (Hurricane Cat), après son

succès dans le Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2), dernière étape vers le Prix

Cambacérès (Gr1). Jusque-là bon poulain, il a prouvé qu’il était capable de

franchir un palier en enlevant le premier Groupe réservé aux 3ans. Mais il a

profité aussi de conditions qui l’ont plus favorisé que d’autres rivaux, comme

la piste très lourde. À noter également que le favori Maghero (Poliglote) est

tombé à la dernière haie de la ligne d’en face, alors qu’il avait encore des

ressources. À ce moment du parcours, Extrême Cara gambadait en tête, semblant

comme un poisson dans l’eau sur la gadoue. Entre les deux dernières haies, Le

Grand Lucé (Dream Well) a tenté de l’inquiéter, mais, sur ce sol, il n’avait

pas la même accélération qu’au printemps. Il a dû se contenter de la deuxième

place. Second représentant de Guy Cherel, Laristo (Chichicastenango) a tracé un

deuxième parcours en obstacle plein de promesses. Il a attendu en retrait et,

progressivement, il est entré dans la course, pour prendre la troisième place.

« Extrême Cara est un cheval qui a besoin d’être poussé pour avancer, ce qui

s’est passé aujourd’hui, nous a dit Guy Cherel. Aujourd’hui, il a fait le

directeur et il a gagné. Il faut aussi avouer que l’on a profité de la chute de

Maghero. De plus, Extrême Cara avait une valeur 40,5 en plat. » Justement,

l’élève de Guy Cherel avait débuté en plat, sous l’entraînement d’Ana Imaz Ceca

et les couleurs du professionnel mansonnien. Il avait notamment terminé

troisième du Gran Premio Dehesa de Milagro (A) à San Sebastián. Ensuite, il a

montré des prédispositions pour l’obstacle, jusqu’à son succès dans ce Gr2,

sous les couleurs de Magalen Bryant, sa nouvelle propriétaire. « Il va pouvoir

aller sur le Prix Cambacérès, a ajouté Guy Cherel. Pour Laristo, on va voir. Il

était un peu brouillon aujourd’hui et on courait pour prendre la température.

Sa course n’est pas mauvaise.»

LE GRAND

LUCE CONTRARIE

Leader

printanier des hurdlers de 3ans, Le Grand Lucé a fait sa valeur (2e), même s’il

a été contrarié, comme nous l’a expliqué son mentor Jean-Paul Gallorini : « Il

a encore été gêné dans le dernier tournant, ce qui lui coûte peut-être quelque

chose. Il monte gentiment en condition en vue du Gr1. » My Maj (Majorien) est

resté quatrième, après s’être montré un peu allant durant la première moitié de

parcours.

LES DES

SONT RELANCES

Depuis

le début de l’année, la génération des 3ans sur les haies n’a pas dégagé de

véritables leaders. Le Grand Lucé a été une base fiable au printemps, mais il

n’a pas réussi à conserver son leadership. Maghero n’a pu lui prendre son trône

puisqu’il a joué de malchance, alors qu’il était loin d’être battu, au moment

de sa chute. Extrême Cara a joué son va-tout et enlevé son Groupe. Dès lors, le

prochain Prix Cambacérès s’annonce particulièrement ouvert.

LE

PREMIER LAUREAT DE GROUPE EN OBSTACLE POUR HURRICANE CAT

Étalon

au Haras de la Haie Neuve, Hurricane cat est donc le père d’Extrême Cara, qui

est son premier lauréat de Groupe dans la discipline. Extrême Cara est le

meilleur représentant de sa famille. Sa mère, Magic Cara (Akarad) est restée

inédite. Avant Extrême Cara, elle a produit Vilgique Deugeny (Villez), double

gagnant en obstacle, à un petit niveau, et un cheval valeureux en Espagne,

Francesco Cara (Della Francesca). Magical Song (Fabulous Dancer), deuxième mère

d’Extrême Cara, a donné des chevaux utiles, comme Song of Tree (Apple Tree),

Family Tree (Apple Tree) et De Familly (Raintrap).