Prix la sega (b) : l’experience a fait la difference

Autres informations / 31.10.2012

Prix la sega (b) : l’experience a fait la difference

Sur les

cinq partantes du Prix La Sega (B), trois possédaient déjà une sérieuse

expérience et deux d’entre elles ont fait le jumelé. Titulaire de cinq sorties

avant cette compétition, Holy Dazzle (Sunday Break) l’a emporté sûrement devant

Vilna (Slickly), laquelle avait couru six fois auparavant. L’expérience de

Vilna et Holy Dazzle, conjuguée au rythme peu sélectif qu’elles ont imprimé en

tête de la course, leur a permis de faire nettement la différence dans les deux

cents derniers mètres. Plus de trois longueurs plus loin, White Waves (Any

Given Saturday) a conclu troisième. La pensionnaire d’André Fabre, qui venait

de terminer deuxième, tout près, de queen’s Daughter (American Post), n’a pu

ouvrir son palmarès. Cette grande pouliche, solide, a galopé parmi les

dernières. Et elle a été prise de vitesse au moment de l’emballage final. Elle

sera certainement mieux sur une plus longue distance. À l’inverse, Holy Dazzle

devrait aller au maximum jusqu’au mile, d’après son entourage. Son pilote,

Ronan Thomas, nous a dit : « Elle s’est calmée et le fait de belle façon

aujourd’hui. Elle était bien relax dans le parcours. C’est une pouliche qui a

de la qualité. » Sur le "papier" strict, Holy Dazzle avait une bonne

chance. D’autant que la distance de 1.400m lui sied parfaitement. Elle avait

ouvert son palmarès sur cette distance, avant de conclure troisième du Prix

Herod (L), toujours sur 1.400m. Vilna avait aussi montré un peu de galop,

prenant une troisième place derrière Nuit d’Amour (Azamour). Son accessit à ce

niveau est donc logique.

DE LA

FAMILLE DE CHICHICASTENANGO

Holy

Dazzle est la cousine de Chichicastenango, vainqueur du Juddmonte Grand Prix de

Paris (Gr1 alors sur 2.000m), deuxième du Prix du Jockey Club (Gr1), avant de

donner notamment, le champion Vision d’État. Elle est aussi la cousine de Smala

Tica (Loup Solitaire), gagnante du Prix Urban Sea et du Grand Prix de Lyon

(Ls). Dans la lignée de Holy Dazzle, on retrouve aussi le nom de Gun’n Roses

(Great Palm), vainqueur des Prix Amadou (Gr2) et de Maisons-Laffitte (Gr3) à

Auteuil. Élevée par le haras d’Etreham, Belle Alicia (Smadoun), mère de Holy

Dazzle, a enlevé une course. Auparavant, elle avait produit Black Jewel

(Layman), gagnant d’une "G" cantilienne. Rappelons aussi que les 2ans

de Sunday Break réussissent bien cette saison, puisque l’étalon de la Haie

Neuve compte déjà trois gagnants avec des produits nés en 2010 : Tricky Week,

Sunday Dream et donc Holy Dazzle.