Prix roger saint (l) : le bel anjou, en vrai bon cheval

Autres informations / 28.10.2012

Prix roger saint (l) : le bel anjou, en vrai bon cheval

 « Dans le Prix Bayonnet, Marfaux avait été

battu par un très bon cheval.» Après son succès dans le Prix Triquerville (L),

jeudi, à Auteuil, avec Marfaux (Martaline), David Cottin avait souligné la

qualité de Le Bel Anjou (Malinas). Tombeur de Marfaux, dans le

"Bayonnet", sur la butte Mortemart, Le Bel Anjou se présentait avec

une première chance dans le Prix Roger Saint (L). Mais il devait porter le top

weight, tout en affrontant quelques chevaux de qualité. De plus, il revenait

sur un tracé beaucoup plus coulant que les 4.300m d’Auteuil. Néanmoins, cela

n’a pas dérangé Le Bel Anjou, rapidement derrière les chevaux de tête. Un peu

pris de vitesse entre les deux dernières haies, il est néanmoins reparti à

l’attaque de Fortunateencounter (Muhtathir), qui a fait illusion. Et il s’en

est rendu maître très sûrement. Petit cheval par la taille, Le Bel Anjou est

très efficace dans ses sauts et, avec le temps, il devrait faire un très bon

élément. Son entraîneur, François-Marie Cottin, nous a déclaré : « Le Bel Anjou

est un vrai bon cheval. Il aurait aussi pu courir le Quinté, mais il y avait

moins de partants au départ de cette Listed. Il s’endurcit et pourrait courir

lors du Week-End International de l’Obstacle, suivant sa récupération. »

François-Marie Cottin est un homme de défi et il ne serait pas impossible de

voir Le Bel Anjou dans le Prix Maurice Gillois (Gr1). D’autant que la

génération des 4ans est très fluctuante.

PHILIPP

CARBERRY : « IL ADORE LUTTER POUR GAGNER »

Pilote

de Le Bel Anjou, qu’il a monté lors de ses cinq succès, Philipp Carberry a

confié : « C'est un cheval très courageux, il adore lutter pour gagner. Il a

bien sauté tout au long du parcours et a demandé à souffler dans le virage.

Mais ensuite il a tout donné pour dominer ses adversaires. C'est un cheval qui

progresse à chacune de ses sorties, un bon cheval, et je ne sais pas jusqu'où

il peut nous emmener. »

FORTUNATEENCOUNTER

BATTUE PAR MEILLEUR

Endurcie

et plus forte physiquement, Fortunateencounter a fait sa valeur, confirmant sa

prédilection pour le tracé d’Enghien. Représentant Gérald Laroche, propriétaire

de la pouliche, Pierre Boulard nous a indiqué : « La pouliche est partie cet

été chez Pascal Prouet, lequel a fait du super boulot avec. Elle est revenue

plus forte. C’est une pouliche que l’on a achetée à réclamer et qui nous

apporte des satisfactions. Avant le coup, on craignait Le bel Anjou et le

protégé de Guillaume Macaire, Upsilon bleu. Elle court très bien, mais elle est

dominée par un bon cheval. Yannick [Fouin, entraîneur de Fortunateencounter,

ndlr] décidera pour la suite, mais il ne reste plus beaucoup de courses à

Enghien. À Auteuil, il y a encore le Prix André Michel (Gr3). » Favori de la

course, Upsilon Bleu (Panoramic) a fait le travail pour les autres en menant.

Son pilote, Jacques Ricou, lui a donné une chance dans le tournant final, mais

il n’a pu que conserver la troisième place pour finir.

LE FRERE

DE LUKY D’ANJOU

Le Bel

Anjou a été élevé par Gildas Vaillant, qu’on connaît surtout comme éleveur de

la championne Princesse d’Anjou (Nononito), double lauréate du Grand Steeple

Chase de Paris (Gr1). Ce fils de Malinas a pour frère Luky d’Anjou (Ultimately

Lucky), qui avait remporté un gros handicap à Cagnes-sur-Mer, à l’âge de 4ans.

Sa deuxième, Epsiba (Sharpen Up), a remporté un Gr3 sur le mile à Deauville,

sous l’entraînement de Philippe Van de Poële.