Queen’s daughter resiste au rush de white waves

Autres informations / 01.10.2012

Queen’s daughter resiste au rush de white waves

Le Prix Tahiti (F) est revenu à la pensionnaire de Nicolas Clément Queen’s Daughter (American Post), laquelle est partie au bon moment, à l’entrée de la ligne droite, pour résister à la belle attaque finale de White Waves (Any Given Saturday). Sur un terrain légèrement assoupli, Queen’s Daughter n’a pas été gênée, en digne fille d’American Post. Dotée d’un modèle plaisant, la pouliche de Pierre-Paul Richou est, de plus, très calme en course. Elle a les moyens d’aller plus loin. Son entraîneur nous a dit : « Queen’s Daughter travaillait pas mal et elle confirme en gagnant. Je suis très content de cette victoire, d’autant que son entourage est très sympathique. Elle appartient à Pierre-Paul Richou, qui est le cousin de Charles-Henri de Moussac. D’ailleurs, elle a été élevée au Mézeray. Sa victoire nous permet d’avoir certains espoirs pour la suite de sa carrière. » Deuxième, White Waves est une grande pouliche et sera certainement mieux sur des parcours plus sélectifs. Très attendue au départ de cette compétition, puisque fille de la championne Divine Proportions (Kingmambo), Daivika (Dynaformer) a réalisé des premiers pas prometteurs. Elle n’a jamais lâché dans la ligne droite et a conclu à la troisième place.

LA SOUCHE DE SAYYEDATI ET GOLDEN SNAKE

Élevée par son propriétaire, Queen’s Daughter est issue de la souche de Sayyedati (Shadeed) et Golden Snake (Danzig). Troisième mère de Queen’s Daughter, Dubian (High Line), lauréate de Gr1 à Milan et troisième des Oaks d’Epsom (Gr1), est la génitrice de Sayyedati et Golden Snake. Sayyedati a enlevé cinq Grs1, dont les 1.000 Guinées et le Prix Jacques Le Marois. Golden Snake a, lui, décroché les Prix Jean Prat et Ganay (Grs1). Dubian a aussi produit Race Leader (Gone West), deuxième du Prix de la Salamandre (Gr1). Entraînée par Henri-Alex Pantall, Queen’s Conquer (King’s Best), mère de Queen’s Daughter, a gagné trois courses. Au haras, elle a notamment produit Espero (Verglas), vainqueur de trois épreuves, mais aussi deuxième du Prix Policeman (L) derrière Saônois (Chichicastenango) et quatrième du Prix François Mathet (L).