A l’assemblee generale des p.p.

Autres informations / 19.11.2012

A l’assemblee generale des p.p.

Comme chaque année, les P.P. organisent, lors de l’une des dernières réunions dominicales de la saison à Auteuil, leur traditionnelle assemblée générale. Quelques-uns des 523 membres du groupe Paris-Province se sont rassemblés pour dresser un bilan sur la saison, un an après les élections de France Galop, et faire le point sur les positions du mouvement. À la tribune étaient présents le président Hubert Tassin, les vice-présidents Gérard Samama et Baudouin de la Motte Saint-Pierre ainsi que le secrétaire général, Jean d’Indy. La réunion, qui s’est tenue dans la tribune présidentielle de l’hippodrome, a été bouclée par une intervention du président de France Galop, Bertrand Bélinguier, qui a tenu un discours sur les enjeux à venir de la filière.

2012 : ANNEE ELECTORALE

L’année 2012 a été marquée par la nouvelle présidence de Bertrand Bélinguier à France Galop. Mais aussi par les élections internes du système. Celles-ci ont révélé la montée en puissance de l’association des entraîneurs propriétaires. L’ensemble des groupes sortants a perdu des représentants au sein de France Galop, à l’exception de l’Union pour le Galop, dont appartient l’association P.P., qui, avec le retour des AQPS, a réalisé les mêmes chiffres que lors de la précédente élection.

LA VIE D’ASSOCIATION

Au cours de l’assemblée générale, il a été rappelé que les sept candidats à l’élection du comité ont tous été élus. Celui-ci se réunira six fois par an. L’année 2013 se veut communicative et Hubert Tassin a insisté sur l’importance d’être présent sur les lieux de rencontre. Il invite aussi les responsables régionaux à organiser leur vie associative. Le but étant de créer une vie régionale autour des dirigeants. La nouvelle newsletter de l’association devrait toujours être envoyée par email.

VERS DES ANNEES DIFFICILES

Après quinze ans de croissance du monde hippique, celui-ci se prépare à des années plus difficiles. L’association P.P. tend à défendre l’intérêt général et relancer le galop, sur la base des forces françaises. Dans ses premières années, les P.P. se sont intéressés à la répartition du "fromage" et les primes aux propriétaires ont été l’une des premières actions fortes du mouvement. Désormais, le cheval de bataille est la définition d’un nouveau modèle et celui-ci devra « être construit par tous », a souligné Hubert Tassin. Depuis dix ans, le monde des courses jouit d’une croissance stable, mais celle-ci arrive à son terme. La philosophie des P.P. « se veut être une des boîtes à idées du système », a souligné son président, et l’association entend bien défendre ses idées et valeurs. « Convaincre et porter les dossiers, c’est ce que nous sommes capables de faire », rappelle Hubert Tassin.

LES ALLOCATIONS

Le modèle des courses françaises est une référence, mais il risque d’être coiffé par une période de récession. France Galop a toutefois de quoi voir venir et 40 millions d’euros sont déjà en réserve pour permettre à ce modèle d’assurer une transition, plus ou moins au calme. En 2012, l’offre de jeux sur les courses a augmenté et pourtant le chiffre d’affaires n’a pas augmenté. Les sonnettes d’alarme sont déclenchées et « à partir de 2015 - 2016, il faut se préparer à une diminution des allocations », explique Hubert Tassin. Aujourd’hui, elles suscitent le débat, mais demain cela pourrait être l’inquiétude. Prendre un nouveau virage est impératif, a indiqué le président Tassin, avant de s’orienter vers l’international, en évoquant l’exportation du savoir faire français – la deuxième naissance des courses en Belgique ou le récent partenariat avec la Chine.

LA T.V.A.

Les inquiétudes liées à l’augmentation de la T.V.A. ont été longuement évoquées au cours de la réunion. Hubert Tassin a qualifié le problème comme une « véritable catastrophe. Une catastrophe pour les 60 % de propriétaires qui ne tiennent pas et ne veulent pas tenir de comptabilité. Cela déclenchera un choc de trésorerie pour tout le monde. » Il a aussi été dit que la situation des entraîneurs était encore plus délicate.

LE RAPPORT AUGEREAU

Avec l’ouverture du marché des jeux en ligne, le gouvernement de François Fillon a commandité le "rapport Augereau", afin d’étudier le fonctionnement du monde des courses hippiques et ce rapport, rendu à l’ancien Premier ministre début 2012, a été évoqué lors de l’A.G. Il ressort de ce rapport, la création d’un comité stratégique et la mise en place de différents audits. Il a été rappelé que « les résultats de ces audits devraient arriver à échéance à la fin de l’année et qu’ils entraîneront alors des décisions lors du premier trimestre 2013 ».

ENCOURAGER L’ARRIVEE DE JEUNES ETALONS

Au cours de la réunion, a été proposé de soutenir un fonds étalon, destiné à l’arrivée de jeunes étalons en France. Le rôle serait d’encourager l’achat à hauteur de 20 à 30 %. Il a été rappelé que chez nos amis du trot, un budget de six millions d’euros est prévu dans ce but. Le fonds étalon aurait rôle de soutien financier.