Le grand week-end de magalen bryant

Autres informations / 06.11.2012

Le grand week-end de magalen bryant

Durant

les deux jours de courses à Auteuil, la propriétaire américaine Magalen Bryant

a tenu le haut de l’affiche, remportant un Gr1 chaque jour : le Grand Prix

d’Automne et le Prix Cambacérès. Ses couleurs ont brillé à quatre reprises et

nous revenons avec plaisir sur son fabuleux week-end.

PRIX

BOURNOSIENNE (GR3) : VIVIANE ROYALE OUVRE LE BAL

Première

épreuve de Groupe du Week-end international de l’obstacle, le Prix Bournosienne

(Gr3) se classe comme la finale des pouliches de 3ans sur les haies. C’est

Viviane Royale (Poliglote), la fille de la championne Ma Royale (Garde Royale),

qui s’y est imposée, alors qu’elle était toujours maiden. Cette pouliche,

entraînée par Marcel Rolland, a donné le ton et a été la première à mettre dans

la lumière les couleurs de Magalen Bryant et l’élevage de Marie-Laure Besnouin,

peu avant le triomphe d’un autre de ses élèves. « Marcel Rolland a fait un

travail extraordinaire avec cette pouliche, nous a confié Richard Powell. Il

savait très bien où il allait avec elle et, en appuyant sur les bons boutons,

il a réussi à lui offrir une première victoire directement dans un Groupe. Nous

sommes venus aux courses avec Sarah Crane, la petite-fille de Magalen Bryant,

et elle a passé un moment à Auteuil qu’elle ne devrait pas oublier. »

GRAND

PRIX D’AUTOMNE (GR1) : SAINT DU CHENET RETROUVE LES SOMMETS

Seul Gr1

disputé le samedi, le Grand Prix d’Automne est revenu à Saint du Chênet

(Poliglote), le vainqueur du Prix Carmarthen (Gr3), la dernière épreuve

préparatoire à ce Gr1. Ce fils de Poliglote avait déjà goûté aux joies des

grandes victoires, mais dans l’autre discipline de l’obstacle, le

steeple-chase, quand, à 4ans, il remportait le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1).

Fâché avec les gros obstacles, il a été transformé avec brio en hurdler et a montré

toute l’étendue de son talent. « Saint du Chênet a connu des hauts et des bas

et il est arrivé un moment où nous ne savions plus sur quel pied danser,

poursuit Richard Powell. Mais sur les "balais", son talent a refait

surface et c’est avec un peu de confiance que nous avons abordé ce Gr1. Cette

famille est extraordinaire. L’histoire a commencé avec Ma Royale et, depuis,

nous avons connu beaucoup de grandes joies. » Ce triomphe couronne une fois de

plus la formidable famille de Marie-Laure Besnouin. Saint du Chênet est le

frère de Ma Royale, la mère de Viviane Royale, et aussi celui de Tanaïs du

Chênet (Poliglote), qui a pris, dimanche, la troisième place du Prix Fondeur

(L) pour son retour en piste.

PRIX

CAMBACERES (GR1) : EXTREME CARA, UNE ACQUISITION HEUREUSE

Acquis

par Magalen Bryant après sa troisième place dans le Prix Robert Lejeune (L),

Extrême Cara (Hurricane Cat) évoluait auparavant sous les couleurs de son

entraîneur, Guy Cherel. Le changement de couleurs a fait aussitôt son effet

car, depuis, le fils d’hurricane Cat est invaincu en deux courses, lors des

Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2) et Cambacérès. Il est le premier lauréat de

Gr1 en obstacle de l’étalon du haras de la Haie Neuve, qui avait déjà produit

un vainqueur à ce niveau au Chili. « Nous devons toutefois admettre que nous ne

nous attendions pas à réaliser un week-end comme celui-ci. Trois victoires de

Groupe dont deux Grs1, c’est exceptionnel. Avant le coup, nous pensions bien

qu’Extrême Cara allait nous faire plaisir en prenant l’une des trois premières

places, mais il a fait beaucoup mieux. C’était aussi un grand moment pour son

jockey, Bertrand Thellier, et nous sommes fiers d’être associés à sa première

victoire de Gr1. Mais nous remercions avant tout Guy Cherel, un grand professionnel,

qui joue toujours le jeu de vendre ses bons chevaux, qui sont prêts à courir.

Il nous avait déjà cédé par le passé Salder Roque (Muhtahir), qui appartenait à

son frère et qui a par la suite gagné notamment le Prix Alain du Breil (Gr1). »