Prix bournosienne (gr3) : viviane royale, la nouvelle perle de la famille

Autres informations / 04.11.2012

Prix bournosienne (gr3) : viviane royale, la nouvelle perle de la famille

Le Week-End

International de l’Obstacle a très bien commencé pour l’élevage Besnouin. Une

heure et demie avant la victoire de Saint du Chênet (Poliglote) dans le Grand

Prix d’Automne (Gr1), un autre des élèves de cet élevage, Viviane Royale

(Poliglote), a remporté le Prix Bournosienne (Gr3), premier Groupe de ces deux

jours à Auteuil. Par la même occasion, Viviane Royale en a profité pour perdre

son statut de maiden au bon moment, faisant briller sa superbe famille, la plus

belle en obstacle, avec celle de Katko et Kotkijet. Viviane Royale est en effet

issue de la championne Ma Royale (Garde Royale), deuxième du Grand Steeple

(Gr1) et elle est la nièce de Tanaïs du Chênet (Poliglote) et de Saint du

Chenet. Son pedigree parle pour elle et elle n’a pas fait offense à sa famille

en décrochant, à son tour, son Groupe. En plus de son "papier", elle

avait pour elle son aptitude au terrain lourd, une aptitude héritée justement

de sa famille. Et son entraîneur, Marcel Rolland, l’avait gardée fraîche pour

ce Prix Bournosienne,puisqu’elle n’avait pas couru depuis le 30 août. Un choix

qui s’est révélé payant. « Je suis content car nous avons eu un printemps

compliqué avec elle, nous a confié le professionnel cantilien. Elle a été

malade et ce ne fut pas facile de la retrouver en forme. Je tiens à remercier

son entourage et les gens avec qui je travaille car ils ont tous fait preuve

d'une grande patience et d'une grande compréhension. Et cela a été très

important. Aujourd'hui, la jument était vraiment au mieux de sa forme. J'avais

annoncé à David Powell, dans la semaine, que nous gagnerions le Prix

Bournosienne. C'était déjà un beau pari car remporter le Prix Bournosienne en

étant maiden n'est pas forcément chose évidente. Mais elle l'a fait ! » Partie

vite, Viviane Royale s’est laissé relayer par la grande favorite Laskaline

(Martaline) dans le tournant d’Auteuil. Très volontaire, avec une superbe

action, Viviane Royale est repartie à l’assaut à l’entrée de la ligne droite.

Entre les deux dernières haies, elle avait la pointure de Laskaline et, sur le

plat, elle s’est facilement détachée. Au regard de son succès dans ce Prix

Bournosienne, on peut penser qu’elle aurait eu une première chance, face aux

poulains, dans le Prix Cambacérès (Gr1). Comme sa tante, Tanaïs du Chênet, gagnante

de la Grande Course de Haies des 3ans en 2010.

DE BONS

SOUVENIRS POUR REGIS SCHMIDLIN

Partenaire

de Ma Royale, mais aussi de Tanaïs et de Saint du Chênet, Régis Schmidlin

connaît bien la famille de Viviane Royale. Il nous a confié : « Je suis content

d'avoir gagné avec elle, car j'avais gagné avec sa mère, Ma Royale, qui m'avait

apporté de grandes joies. Elle n'a pas le même modèle mais a aussi beaucoup

d'abattage. Ce qu'elle fait aujourd'hui est vraiment impressionnant. »

PREPARATION

PAS IDEALE POUR LASKALINE

Leader

des pouliches de 3ans, gagnante des Prix Sagan et Magne (Listeds), Laskaline

est partie très jouée dans ce Prix Bournosienne. Toujours aux avant-postes,

elle a semblé légèrement contrariée par Viviane Royale, sitôt la dernière haie

franchie. Elle a placé son accélération, mais n’a jamais pu mettre en doute la

supériorité de Viviane Royale. « Aujourd'hui nous sommes battus par meilleur,

nous a déclaré sportivement Guy Cherel, mentor de Laskaline. Il y avait un

écart de poids entre les deux pouliches, ce qui n'est pas tout à fait justifié

dans ce type de course. Il s'agit de la finale d'un championnat et les

partantes devraient être à poids égal. Cet été, Laskaline a eu un mois de

vacances et, depuis son retour au travail, elle a mis beaucoup de temps à

revenir au niveau. C'était une deuxième course et sa préparation n'a pas été

idéale. »

LA

COUETRIE, TOUJOURS LA

Troisième

du Prix Magne, La Couétrie (Kapgarde) a fait sa valeur, conservant à l’issue

d’une vive lutte la troisième place face à Lofte Place (Poliglote). Jockey de

La Couétrie, Olivier Jouin nous a déclaré : « C'est une pouliche très

courageuse, elle s'est très bien battue pour finir et arracher la troisième

place. Philippe Peltier m'avait demandé de me caler à droite dans la ligne d'en

face, ce que j'ai fait, mais ils sont tous restés à gauche. On s'est retrouvé

un peu seul et elle s'est relâchée. J'étais un peu inquiet à ce moment du

parcours, mais elle en a remis une couche pour finir et n'a jamais baissé de

pied. C'est une super pouliche. »

UNE

FAMILLE EN OR

Viviane

Royale est née dans la pourpre. Sa mère, Ma Royale, a été une vraie championne.

Sous la responsabilité de Marcel Rolland, elle a terminé deuxième du Gras

Savoye Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) 2005, battue d’un rien par Sleeping

Jack. Elle avait également remporté le Prix Ingré (Gr3) et s’était classée

deuxième du Prix Alain du Breil (Gr1). Au haras, Ma Royale a donné Ulyssia

Royale (Poliglote), vainqueur du Prix James Hennessy (L) puis Viviane Royale.

Elle a eu ensuite Apollon Royal (Poliglote), âgé de 2ans et Beau et Royal

(Martaline), un mâle yearling. Deuxième mère de Viviane Royale, Tchela (Le Nain

Jaune) est la poule aux oeufs d’or de l’élevage Besnouin. Cette poulinière,

multiple placée à Auteuil, a produit Galant Moss (Tip Moss), troisième de la

Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1), Iris Royal (Garde Royale), double

gagnant de Groupe à Ascot, et Cheltenham, Jocelin (Épervier Bleu), deuxième du

Grand Steeple-Chase de Deauville (L), Orthence (Épervier Bleu), quatrième de

Listed, Saint du Chênet, vainqueur du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) et du Grand

Prix d’Automne, ce samedi, et Tanaïs du Chênet, lauréate du Prix Cambacérès.