Prix congress (gr2) : l’exploit de sanouva

Autres informations / 04.11.2012

Prix congress (gr2) : l’exploit de sanouva

Sanouva

(Muhtathir) a réalisé un petit exploit dans le Prix Congress (Gr2). Elle est

devenue la première pouliche à gagner ce Grand Steeple des 3ans, comme nous l’a

rappelé son copropriétaire, Jean-Louis Berger. Peu avant le départ de la

course, la cote de Sanouva est tombée à 3/1, avant de remonter. Les enjeux

l’ont placée opposante principale au grandissime favori, Notario Has (Turgeon).

Et c’était justifié lorsque l’on avait vu Sanouva au rond de présentation.

Magnifique d’état, étincelante au soleil, elle possédait la classe de haies la

plus importante du lot, eu égard à son succès dans le Prix Wild Monarch (L).

Elle recevait cinq kilos de Notario Has, un avantage considérable à 3ans. Le

tout, cumulé à un bon parcours, constamment dans le sillage des animateurs avec

du "gaz" et des sauts impeccables, a permis à Sanouva de filer au

poteau facilement, pour sa deuxième sortie en steeple. Lauréat de son sixième

Prix Congress, Jean-Paul Gallorini, entraîneur de Sanouva, nous a dit : « C'est

une très bonne jument que j'ai toujours beaucoup estimée. Aujourd'hui, j'ai eu

peur qu'elle soit venue trop vite aux avant-postes mais, finalement, elle était

vraiment au-dessus du lot… » Troisième du Prix Noiro, pour ses premiers pas sur

les gros obstacles, Sanouva avait effectué un bon parcours de reconnaissance,

sans que son pilote Jonathan Nattiez ne soit dur avec elle. Ce qui lui a permis

de décrocher le deuxième Groupe de sa carrière, après son succès avec Grand

d’Auteuil (Great Pretender) dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1). Il nous a

confié : « J'avais été vraiment gentil avec elle, la dernière fois, pour

qu'elle comprenne bien ce qu'on lui voulait. Elle a vraiment progressé sur

cette course, Monsieur Gallorini a su, encore une fois, l'amener au

"top" et elle court aujourd'hui très bien. Je suis content de gagner

le deuxième Groupe de ma carrière lors du WEIO. C'est formidable ! »

LA

PETITE HISTOIRE DE SANOUVA

Sanouva

défend les couleurs de Jean-Louis Berger, coéleveur de Rubi ball (Network). Il

était présent à Auteuil pour assister aux débuts victorieux de sa pouliche dans

le Prix Wild Monarch (L) au printemps. Et il nous avait raconté comment il en

est devenu copropriétaire: « J’étais aux ventes de Deauville, en décembre 2010,

lorsque nous avions vendu Hygie, la mère de Rubi Ball, et son foal. Nous avions

regardé les yearlings qui se présentaient le lendemain, et j’avais vu Jean-Paul

Gallorini regarder une pouliche qui m’avait aussi tapé dans l’oeil. Il m’a

expliqué que c’était une fille de Dindounas, et qu’elle était par Muhtathir, ce

qui m’a encore plus séduit. Je lui ai donc demandé d’essayer de me l’acheter le

lendemain, mais Bartabas voulait déjà l’acquérir. Puis, alors que nous étions

sur la route du retour, avec un groupe d’amis, Alexandrine, ma fille, m’a

appelé pour me demander si nous étions toujours intéressés. Nous sommes donc

montés jusqu’à 22.000 € et nous l’avons eue. Je me suis associé avec Patrick

Joubert et Didier Berland, un éleveur qui s’est installé il y a quelques années

dans le Charolais Brionnais, sur des terres où a été élevé un certain Huron,

double lauréat de "Grand Steeple". Ensuite, quand Nicolas de

Lageneste a appris que nous avions acheté la pouliche, il a souhaité s’associer

avec nous. Enfin, en ce qui concerne son nom, nous y avons réfléchi quand nous

étions dans la voiture et, au bout de plus de deux cents kilomètres, l’un de

nous a dit : "Ça nous va !" et nous avons donc choisi ce nom-là ! La

pouliche est allée au pré chez nous, puis elle est partie au débourrage et au

préentraînement à Saint-Voir. Elle a tout de suite montré sa qualité. »

LES

"MACAIRE" PRENNENT LES PLACES

Les deux

pensionnaires de Guillaume Macaire, Storm of Saintly (Saint des Saints) et

Notario Has, se sont classés respectivement deuxième et troisième. Storm of

Saintly a toujours galopé aux premiers rangs, assurant ses sauts. En revanche,

Notario Has s’est montré fautif à la rivière du huit, en fin de parcours, et

cela lui a certainement coûté le premier accessit, à la lutte. Le professionnel

royannais nous a dit : « Je ne sais pas si la faute de Notario Has a changé

grand-chose au résultat final. Ce sont des 3ans, il est difficile de les

maintenir en forme, surtout en ce moment, avec des pistes en sable qui se sont

allégées. Mais, au final, il n’y a pas d’excuses. »

UNE

FILLE DE DINDOUNAS

Élevée

par Hubert Honoré au haras d’Omméel, Sanouva est donc une fille de la bonne

Dindounas, lauréate du Prix de Pépinvast (Gr3) pour l’entraînement de Jean-Paul

Gallorini. Avant cette victoire de Groupe, Dindounas s’était imposée dans un

"réclamer" à Auteuil. C’est après cette épreuve que l’entraîneur

mansonnien s’en est porté acquéreur. Après Sanouva, Dindounas a eu un 2ans par Dream

Well, Hippomène, à l’entraînement chez Jean-Paul Gallorini, et un yearling par

Nickname. Deuxième mère de Sanouva, Dindouna (Garde Royale), s’est placée

plusieurs fois à Auteuil, faisant partie des bonnes pouliches de sa promotion.

Au haras, outre Dindounas, elle a produit Dallidas (Kahyasi), deux fois à

l’arrivée de Listeds.